Kiné & Coronavirus

Retrouvez sur cette page toutes les informations utiles mise à jour toutes les heures pour les kinésithérapeutes.

 Mardi 26 mai 2020 à 17h00 :

Accédez au Groupe Facebook sur le Coronavirus & les Kinésithérapeutes : https://www.facebook.com/groups/207007923735613/

Accédez au Groupe Facebook sur le Coronavirus & les EHPAD : https://www.facebook.com/groups/2542518672635992/  (En partenariat avec www.monehpad.com )

 

 

CARPIMKO : 1000 euros pour les kinés !

La FFPS et ses élus à la CARPIMKO adoptent un dispositif d’aides solidaire et responsable !

La FFPS a demandé à ses élus à la CARPIMKO d’étudier le principe d’une aide financière pour tous les affiliés de la CARPIMKO. A la lumière des projections réalisées par l’actuaire de la CARPIMKO et de l’analyse de l’impact des sommes qui seraient dégagées des réserves de la Caisse Retraite, les élus de la CARPIMKO en ont conclu que ces aides ne mettraient pas en péril le régime complémentaire des praticiens de Santé. Le principe de l’aide demandée par les organisations membres de la FFPS a donc été voté à l’unanimité (20 Pour, 0 contre et 2 Abstentions) par le conseil d’administration de la CARPIMKO ce mardi 26 mai 2020.

La Direction de la Sécurité Sociale a maintenant 10 jours pour valider cette décision.

La FFPS se réjouit du vote de ce dispositif équitable qui fait jouer la solidarité inter professionnelle, et qui permettra d’obtenir des aides défiscalisées et non soumises aux cotisations sociales.

Les masseurs kinésithérapeutes, qu’ils soient titulaires ou remplaçants, se verront verser 1000 €.

Lire le communiqué de la FFPS : Cliquez ici >>>

Assurance professionnelle & COVID-19, du nouveau ?

Très peu de kinésithérapeute sont satisfaits de leur assurance prévoyance, avec peu de participation, mais la situation peut évoluer .

Le tribunal de commerce de Paris a donné gain de cause à un restaurateur parisien qui avait assigné Axa France alors que l'assureur refusait d'indemniser ses pertes d'exploitation lié au Covid-19. Cette décision marque un tournant pour les professionnels du secteur alors que les assureurs martèlent depuis le début de la pandémie que leurs contrats ne couvrent pas les catastrophes sanitaires. Le risque juridique est énorme pour ces dernières.

A suivre ....

La rééducation post-COVID

https://www.kine-web.com/la-longue-reeducation-des-malades-du-coronavirus-sortis-du-service-de-reanimation-au-chu-de-reims

Consentement du patient 

Le conseil national met en ligne un modèle de formulaire de consentement libre et éclairé du patient.

Le code de déontologie prévoit en effet que « le masseur-kinésithérapeute, dans les limites de ses compétences, doit à la personne qu’il examine, qu’il soigne ou qu’il conseille, une information loyale, claire et appropriée sur son état, et les soins qu’il lui propose. »

Cette disposition constitue un prolongement de la loi du 4 mars 2002 : « aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment. »

Ce document ne constitue pas une décharge de responsabilité pour le masseur-kinésithérapeute. Il répond à la demande de nombreux professionnels mais ne revêt pas de caractère obligatoire.

Il s’agit pour le patient d’attester qu’il a reçu les informations nécessaires lui permettant de consentir en toute connaissance de cause aux gestes et techniques que le kinésithérapeute va mettre en œuvre.

Télécharger maintenant >>>

Source : http://www.ordremk.fr/actualites/kines/formulaire-de-consentement-libre-et-eclaire-du-patient/

Une aide de la CARPIMKO ??

La FFPS demande à la CARPIMKO de se mobiliser davantage avec une proposition de 200 millions d'euros pour ses affiliés.

Image

Image

Pour information

Image

Sondage - Reprise & Chiffre d'Affaire

Répondez à notre sondage ICI : https://www.facebook.com/groups/207007923735613/

Du nouveau pour les EHPAD

Le déconfinement est acté depuis le 11 mai, mais l'ont constate que dans de nombreux EHPAD les portes sont encore fermées ... mais depuis peu un document officiel du ministère va pouvoir aider les kinés.

Du gel pour les soignants

Pour info, une sélection de magasins Techniciens de santé en France offrent du gel au personnel soignant : https://www.techniciendesante.fr/merci-a-nos-soignants-gel-hydroalcoolique-offert/

 

L'arrêté du 11 mai 2020 qui proroge l'état d'urgence sanitaire prolonge la possibilité de pratiquer le télésoin jusqu’au 10 juillet 2020.

 

La FFMKR se mobilise pour les Kinés travaillant en EHPAD

Message de la FFMKR :

3 questionnaires sont en cours de traitement et à votre disposition concernant la problématique des EHPAD.

Nous avons besoin de vous et de vos remontées de terrain pour pouvoir agir au plus haut niveau de l’État.

Deux questionnaires sont à destination des kinésithérapeutes : 

Une plateforme de recueil de témoignage est à destination des familles et des autres soignants intervenants en EHPAD :

Parution du décret

Mesures barrières + distanciation sociale.
Masque obligatoire pour tout le monde si la distanciation ne peut être garantie.

C'est la reprise

Bon courage à tous pour la reprise, nous regrouperons les témoignages d'ici ce soir ..... Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., n'hésitez pas !

  1. 45min/séance (30+15min nettoyage)
  2. Masque+lavage mains pr les patients
  3. Roulement salles de soins
  4. Tenue spécifique
  5. 1ère consultation à domicile
  6. Poursuite télésoin
  7. Nettoyage intégral quotidien

Communiqué du Conseil de l'Ordre des Kinés

Les kinésithérapeutes doivent poursuivre une reprise progressive de leur activité dans leurs cabinets.

Notre pays est toujours en proie à l’épidémie qui bien qu’ayant marqué le pas n’est pas achevée : le virus est toujours en circulation.
En conséquence les gestes barrières et la distanciation physique en dehors des soins doivent être scrupuleusement respectés lors de la prise en charge de vos patients afin de ne pas leur faire courir de risque.
La reprise de l’activité dans vos cabinets de kinésithérapie a débuté progressivement, vous vous y êtes préparés en vous procurant les produits de désinfection et les matériels de protection nécessaires à prévenir la transmission du virus, en affichant les recommandations nécessaires à destination de vos patients, et en réaménageant au besoin les locaux.
Dès lors que le confinement est levé, il n’existe plus de restrictions pour les déplacements, vos patients peuvent donc être pris en charge à votre cabinet à condition que vous puissiez garantir le respect des gestes barrière conformément au guide de bonnes pratiques.
Chaque kinésithérapeute doit apprécier en conscience le rapport bénéfice risque pour ses patients les plus fragiles entre une rééducation au cabinet et afin de protéger les plus exposés le maintien d'une prise en charge à leur domicile. De même le télésoin doit encore être privilégié quand il peut être mis en œuvre.
Pour cette reprise d’activité dans les cabinets de kinésithérapie nos patients sont invités à porter obligatoirement un masque au sein des cabinets et à respecter scrupuleusement les gestes barrières et la distanciation physique en dehors des soins avec le kinésithérapeute.
Pour vous accompagner et répondre au mieux à vos interrogations légitimes vous trouverez sur ce lien le guide de bonnes pratiques rédigé par le conseil national.
Ces recommandations revêtent un cadre général et leur application locale, notamment si la situation sanitaire propre à votre territoire ou si l’approvisionnement en produits d’hygiène et équipements de protection s’avèrent difficiles, impose de vous rapprocher des élus locaux de l’ordre et des Unions Régionales des Professionnels de Santé qui pourront par leur connaissance du terrain et les actions menées depuis le début de la crise en concertation avec leur Agence Régionale de Santé, vous accompagner pour adapter votre reprise à l’évolution de l’épidémie.
Nous vous rappelons que l’effort collectif doit permettre de maitriser l’évolution de l’épidémie et protéger nos patients et nous-mêmes.

 

Sondage de la SNMKR et de la FFMKR

Suite à la crise sanitaire liée au Coronavirus, nous aimerions savoir comment s'organise la reprise de l'activité dans votre région. 

https://www.snmkr.fr/sondage_reprise_activite?utm_campaign=sondage_2_reprise_de_activite&utm_medium=email&utm_source=snmkr

Pour le FFMKR

Afin de mesurer l’impact du manque de soins sur nos aînés en #ehpad , la @ffmkr a mis en place 3 questionnaires.

2 sont à destination des #kine :

Plateforme de signalement des difficultés d'accès des kinésithérapeutes aux EHPAD:
👉 bit.ly/3ckmW6Xquestionnaire1

Etude d'impact de l’arrêt des séances de #kinesitherapie durant le confinement
👉 bit.ly/3fAvzN1questionnaire2

Et un à destination des soignants et des familles de personnes âgées placées en #ehpad 👉 bit.ly/3chWAmlquestionnaire3

Modifications des conditions d’accès au second volet du fonds de solidarité

COVID19 | Tout savoir sur le fonds de solidarité pour les TPE !

Bonne nouvelle pour les kinésithérapeutes avec une annonce du ministre en indiquant que l’obtention du volet 2 du fonds de solidarité ne serait plus conditionnée au fait d’avoir au moins un salarié.

Il permet aux entreprises qui bénéficient du premier volet de percevoir une aide complémentaire émanant de chaque région pour un montant compris entre 2000€ et 5000€.

Conditions d'obtention :

- bénéficier du premier volet du fonds de solidarité
- refus d’un prêt bancaire

Le conseil de l'ordre des Kinés en direct aujourd'hui

Qu'est-ce que Facebook ? | Coursinfo.fr

si vous désirez posez vos questions aujourd'hui, rendez-vous à 18h00 sur Facebook : https://www.facebook.com/cnomk/

Attention arnaque en cours

Plusieurs professionnels nous ont fait part de leur mécontentement suite à une commande effectuée sur un site superparapharm.fr qui ne répond pas aux commandes, donc attention à vous !

 

La FFMKR se mobilise pour les kinés travaillant en EHPAD

"Pour faire suite à nos précédentes communications concernant la situation de confinement des EHPAD, nous vous proposons aujourd’hui l’ouverture d’une plateforme de signalement pour les confrères qui rencontreraient des difficultés d’accès en EHPAD. 

L’objectif de cette plateforme est de vous proposer un accompagnement personnalisé dans vos démarches si vous rencontrez des difficultés et si vous le souhaitez."

Accédez au formulaire : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeEtSmO7rYmRTqUD-CIbOiLa72d1cVrJf6FG8_X-zrY3OOtAg/viewform

FFMKR, résultats de l'enquête

Très beau travail de la FFMKR qui propose les résultats d'une enquête sur les conséquences de la crise sanitaire : Cliquez ici pour y accéder

EHPAD, quand pour la reprise ?

De nombreux Kinésithérapeutes font remonter l'information comme quoi, ils se voient un accès restreint ou pas possible, avec des conditions spécifiques : 1 seul kiné par EHPAD, sans autre activité à côté (pas de cabinet, pas de domicile), nous recensons les différents EHPAD touchés.

Cliquez ici : >>>

La plateforme Ameli accessible aujourd'hui

La plateforme https://espacepro.ameli.fr/ est de nouveau accessible aujourd'hui pour les kinésithérapeutes. La nouvelle aide mise en place : compensation perte d'activité est donc une nouvelle étape pour aider les professionnels de santé.

"La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid 19 et les mesures de confinement qui l’ont accompagnée, ont conduit à une baisse très importante de l’activité de la plupart des professions de santé.

Afin de préserver les capacités de notre système de santé dans la durée, le Gouvernement a décidé de mettre en place un dispositif exceptionnel d’accompagnement économique des professionnels confrontés à cette situation. Ce dispositif vise à vous donner les moyens de couvrir vos charges tout au long de la période et ainsi faciliter la reprise progressive de votre capacité dans les meilleures conditions.

Cette compensation est calculée à partir :

    • d’un taux de charge standardisé calculé pour chaque profession de santé et pour chaque spécialité médicale
    • de trois données individuelles que vous êtes invité à renseigner page suivante :
      • Le montant de vos honoraires remboursables par l’Assurance Maladie perçus en 2019
      • Le montant des honoraires que vous avez perçu pendant la période du 16 Mars au 30 Avril 2020 [montant des honoraires issus de votre activité]
    • Les autres revenus (chômage partiel, indemnités journalières, fonds de solidarité) que vous avez perçus ou que vous allez percevoir depuis le 16 mars en plus de vos honoraires.

Cette aide ne pourra être calculée précisément qu’à partir du moment où toutes ces données pourront être stabilisées et seront connues de l’Assurance maladie d’ici la fin de l’année 2020.

Ce téléservice vous permet cependant de solliciter pour la période du 16 Mars au 30 Avril 2020 une première avance sur le montant de l’aide économique qui vous sera versée.

Vous pouvez choisir le montant d’avance que vous souhaitez solliciter en fonction de vos besoins et de l’estimation faite via ce téléservice à partir des données renseignées.

Ces avances seront déduites du montant de l’indemnisation qui sera calculé en fin d’année. Une récupération pourra cependant intervenir si les montants perçus à ce titre s’avéraient supérieurs à l’indemnisation totale finale.

Une nouvelle demande d’avance pourra être formulée à la fin de chaque mois pendant toute la durée de la crise.

La FFMKR se positionne pour les retours des Kiné EHPAD

ça bouge du côté du syndicat majoritaire des kinés avec un dossier complet

https://www.ffmkr.org/actualites/nos-actualites/29-avr-2020-urgence-des-soins-de-kinesitherapie-en-ehpad-la-ffmkr-ecrit-au-president-de-la-republique?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=Flash%20info%20867

FFMKR parle du téléservice

Dès le 30 avril 2020, ce téléservice sera ouvert dans votre espace Ameli Pro pour permettre aux masseurs–kinésithérapeutes de demander à bénéficier d’une indemnisation au titre de la perte d’activité que vous subissez et du versement d’un acompte pour la période du 16 mars au 30 avril.

Cette indemnisation est calculée à partir :

1. D’un taux de charge fixe standardisé et calculé par l’Assurance maladie pour l’ensemble de la profession,

2. D’informations individuelles qui seront renseignées par les masseurs – kinésithérapeutes dans le téléservice :

- le montant des honoraires sans dépassements remboursables par l’Assurance Maladie perçus en 2019 (disponible sur le RIAP) ;

- le montant des honoraires sans dépassements réalisés (perçus ou à percevoir) entre le 16 mars et le 30 avril 2020 ;

- les autres revenus (chômage partiel, indemnités journalières, fonds de solidarité) perçus ou à percevoir à partir du 16 mars et jusqu’au 30 avril 2020 en plus de vos honoraires.

Cette aide ne pourra être calculée précisément qu’à partir du moment où toutes ces données seront stabilisées et connues de l’Assurance maladie, d’ici la fin de l’année 2020.

Source : https://www.ffmkr.org/zoom-sur/mise-en-place-de-la-plateforme-teleservice-pour-l-indemnisation-de-la-perte-d-activite?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=[Copie]%20Flash%20info%20865

Etat et actions des compagnies d'assurance vis-à-vis des souscripteurs de contrats de prévoyance individuelle

Un grand merci à Nathalie Evresi, courtier en assurance au top !!

  Diagnostiqué COVID-19 Etat des cotisations Indeminsations exceptionnelles (non prévue au contrat) Actions sociales & Fonds d'initiatives solidaires  
COMPAGNIES Application délai d'attente contrat Report ou Exonération Période de confinement Diagnostiqué COVID-19  
ALLIANZ Selon souscription Non Néant Néant Soutien de l'institut Pasteur + contribution à Studapart
ALPTIS Selon souscription Non Néant Néant Alptis est un courtier "grossiste"
APRIL Selon souscription Non Néant Néant April est un courtier "grossiste"
AVIVA Selon souscription Report Néant Prime 1.000 € uniquement pour médecins et infirmiers Dotation au fond de solidarité
AXA Selon souscription Report Néant Néant Dotation au fond de solidarité
AXA AGIPI Selon souscription Report Oui sur lettre de motivation + étude dossier = max 3.000€ Néant Dotation au fond de solidarité
CARDIF Selon souscription Non Néant Néant A priori non
CIPRES ENTORIA Selon souscription Non Oui sur dossier = max 1.500€ Néant A priori non
GAN - GROUPAMA Supression des franchises personnel soignant Non Néant Néant Dotation au fond de solidarité
GENERALI Pas de délai, Paiement 100% 1er jour Report Néant Néant Protection des salairés
GPM Selon souscription Non Néant Néant Dotation au fond de solidarité
LMDF Selon souscription Non Néant Néant Dotation au fond de solidarité
MACSF Selon souscription Report + exonération mais flou Néant Néant Dotation au fond de solidarité
METLIFE Selon souscription Non Néant Néant A priori non : CF FAQ en ligne
REPAM Selon souscription Non Néant Néant A priori non
SWISSLIFE Selon souscription Report Néant Néant Dotation au fond de solidarité
UNIM - ALLIANZ Pas de délai, Paiement 50% 1er jour Non Néant Néant Soutien de l'institut Pasteur + contribution à Studapart

 

Swisslife fait un pas en avant !

Dans ce contexte difficile, la swisslife a enfin proposé une aide concrête pour ses adhérents ...

Télécharger le document : cliquez ici 

 

Argumentaire pour la réouverture des cabinets par URPS MK Occitanie

Très intéressant à lire ...

https://mcusercontent.com/0416750f6b3f1011131ac8bc3/files/135d282d-77c7-4fcb-a906-0916a95ea0f3/Argumentaire_CNO_Re_ouverture_des_cabinets_en_Occitanie.pdf

Masques - À savoir

Message de la FFMKR

Nous faisons confiance aux kinésithérapeutes dont les compétences permettent d’évaluer le rapport bénéfices/risques au préalable de toute prise en charge. Par ailleurs, ces soins ne peuvent être dispensés que si vous êtes en capacités de mettre en place les mesures drastiques d’hygiène et les mesures barrières, tant dans les gestes, que dans l’utilisation du matériel préconisées. Une organisation adaptée de votre cabinet sera également nécessaire.

Il est important de bien comprendre qu’il faudra de longs mois avant qu’une activité « normale » puisse reprendre.

La FFMKR vous accompagne dans cette reprise très progressive de votre activité en mettant à votre disposition les affiches et protocoles de désinfection indispensables à la prise en charge de vos patients. Il nous faudra encore 24h avant de pouvoir vous livrer l’ensemble des éléments nécessaires. Dans l’attente vous trouverez en suivant ce lien la check-list indispensable.

 


Précisions du CNOMK

"Notre pays est toujours en proie à une épidémie massive et sévère.

Si la circulation du virus reste à un niveau élevé, son évolution a été limitée grâce aux mesures de confinement auxquels les kinésithérapeutes ont participé avec un grand civisme en gardant leurs cabinets fermés durant six longues semaines et privilégiant les soins à domicile et très dernièrement le télésoin.

Toutefois nous constatons que les limites de l’effort consenti par la profession et nos patients ont été atteintes.

Il revient par conséquent dès aujourd’hui à chaque kinésithérapeute de tout mettre en œuvre pour se procurer les produits de désinfection et les matériels de protection nécessaires à prévenir la transmission du virus dans son activité de soins.

Dès lors que vous disposerez des moyens nécessaires et en fonction de la situation sanitaire de votre lieu d’exercice vous pourrez progressivement reprendre en charge les patients les moins fragiles à votre cabinet. Cette reprise progressive ne doit pas se faire aux dépens de vos patients les plus fragiles qui doivent toujours être pris en charge à leur domicile. De même le télésoin doit être privilégié dans l’intérêt de tous.

Pour cette reprise d’activité dans les cabinets de kinésithérapie nos patients seront invités à porter un masque au sein des cabinets et à respecter scrupuleusement les gestes barrières et la distanciation physique en dehors des soins avec le kinésithérapeute afin de participer activement à freiner la propagation de l’épidémie et réduire la transmission du virus."

 

Réouverture, ça se précise avec un message du CNOMK

"Notre pays est toujours en proie à une épidémie massive et sévère.

Si la circulation du virus reste à un niveau élevé, son évolution a été limitée grâce aux mesures de confinement auxquels les kinésithérapeutes ont participé avec un grand civisme en gardant leurs cabinets fermés durant six longues semaines et privilégiant les soins à domicile et très dernièrement le télésoin.

Toutefois nous constatons que les limites de l’effort consenti par la profession et nos patients ont été atteintes.

Il revient par conséquent dès aujourd’hui à chaque kinésithérapeute de tout mettre en œuvre pour se procurer les produits de désinfection et les matériels de protection nécessaires à prévenir la transmission du virus dans son activité de soins.

Dès lors que vous disposerez des moyens nécessaires et en fonction de la situation sanitaire de votre lieu d’exercice vous pourrez progressivement reprendre en charge les patients les moins fragiles à votre cabinet. Cette reprise progressive ne doit pas se faire aux dépens de vos patients les plus fragiles qui doivent toujours être pris en charge à leur domicile. De même le télésoin doit être privilégié dans l’intérêt de tous.

Pour cette reprise d’activité dans les cabinets de kinésithérapie nos patients seront invités à porter un masque au sein des cabinets et à respecter scrupuleusement les gestes barrières et la distanciation physique en dehors des soins avec le kinésithérapeute afin de participer activement à freiner la propagation de l’épidémie et réduire la transmission du virus.

Pour vous accompagner et répondre au mieux à vos interrogations légitimes vous trouverez sur ce lien un guide de bonnes pratiques réalisé par le conseil national.

Nous vous rappelons que l’effort collectif doit permettre de maitriser l’évolution de l’épidémie et protéger nos patients et nous-mêmes. "

Documents
à télécharger  

Source : www.ordremk.fr

Guide du Télésoin par la FFMKR

Très bel article de la FFMKR sur le télésoin .... tout ce qu'il faut savoir : nomenclature, mise en place etc ...

https://www.ffmkr.org/actualites/nos-actualites/22-avr-2020-tout-savoir-sur-le-telesoin?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=Flash%20info%20857

L'HAS clarifie le rôle des Kinés

Certains patients – atteints de malades chroniques, souvent des personnes âgées – doivent bénéficier d’actes de kinésithérapie à leur domicile, y compris durant l’épidémie de COVID-19. Dans le but d’aider les masseurs-kinésithérapeutes à réaliser une prise en charge sécurisée de leurs patients dans le contexte actuel, la Haute Autorité de Santé a élaboré une Réponse rapide dédiée à ces situations, en collaboration avec le Collège de la Masso-Kinésithérapie et l’Ordre des Masseurs-kinésithérapeutes.

Certaines situations nécessitent l’instauration ou la poursuite d’une prise en charge par des masseurs-kinésithérapeutes malgré le confinement et l’épidémie de COVID-19 : les patients atteints de maladies chroniques telles que la BPCO ou la mucoviscidose, les personnes âgées fragiles, les patients en rééducation, etc. De plus, les patients hospitalisés pour un COVID-19 nécessitent souvent des actes de kinésithérapie après leur hospitalisation pour leur réadaptation.

Dans ce contexte, la HAS publie une Réponse rapide pour aider les masseurs-kinésithérapeutes   à intervenir de la façon la plus sécurisée possible au domicile de leurs patients, en considérant que tout patient – ou eux-mêmes – peut être infecté ou contagieux. Elle récapitule des conseils généraux et les précautions obligatoires à prendre en matière d’hygiène (masques, blouses, gants, etc.).

En premier lieu, la HAS rappelle qu’il est important que les masseurs-kinésithérapeutes puissent intervenir auprès de ces patients qu’ils soient à domicile ou en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). La HAS recommande d’ouvrir le télésoin aux masseurs-kinésithérapeutes et de privilégier ce mode d’intervention afin de limiter la transmission du virus. Pour cela, elle préconise que chaque intervention à domicile maintenue le soit après une analyse du rapport bénéfice/risque, et en privilégiant alors les techniques évitant les contacts corporels quand cela est possible. Autre conseil important, le programme de visite des masseurs-kinésithérapeutes doit tenir compte du fait que chaque patient est susceptible d’être infecté par le COVID-19, avec une organisation qui positionne en fin de tournée les visites auprès des patients infectés ou suspectés de l’être. La HAS souligne l’importance d’assurer un suivi par le masseur-kinésithérapeute et de rester joignable pour répondre aux sollicitations des patients et de leur entourage.

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3179850/fr/mesures-et-precautions-essentielles-pour-le-masseur-kinesitherapeute-aupres-des-patients-a-domicile

Un geste de la MACSF ?

La MACSF renforce son dispositif de solidarité mutualiste en redistribuant des cotisations prévoyance à ses sociétaires à hauteur de 12 millions d’euros. Par ce geste, la MACSF allège leurs charges pour la période d’après-confinement et veut contribuer à faciliter le redémarrage de leur activité de soignant.

La MACSF, qui n’assure que des professionnels de santé, a décidé de procéder à une redistribution de 12 millions d’euros de cotisations sur les contrats prévoyance des professionnels libéraux. Cet engagement représente environ 30% du chiffre d’affaire annuel de la mutuelle MACSF Prévoyance. Cet effort considérable, au regard de la taille de la mutuelle, confirme sa volonté de faire le maximum pour soutenir les soignants et les aider à surmonter les effets de cette crise.

Cette redistribution bénéficiera à plus de 70 000 professionnels libéraux de santé et s’appliquera aux appels de cotisations de décembre 2020 afin d’alléger leur budget assurance au titre de l’année 2021. L’importance de l’assurance prévoyance est apparue encore plus clairement pendant cette crise sanitaire.

« Au total, la MACSF consacre plus de 20 millions d’euros pour venir en aide à ses sociétaires, sans prendre en compte les surcoûts liés à cette crise et les investissements à venir pour soutenir le système de santé. Nous sommes fiers de pouvoir faire cet effort, considérable au regard de notre taille, grâce à la solidité financière du groupe construite année après année. La décision de redistribuer des cotisations d’assurance prévoyance est aujourd’hui un geste de soutien au redémarrage de l’activité des libéraux, qui vient compléter le dispositif de solidarité de la mutuelle.
Depuis la mi-mars, nous avons mis en place une série de mesures afin de prendre en compte la diversité des situations des sociétaires de la MACSF : les hospitaliers, les libéraux, ceux qui sont mobilisés dans la lutte contre le coronavirus comme ceux qui subissent un arrêt brutal de leur exercice professionnel. Notre engagement mutualiste reste entier pour aider l’ensemble de nos sociétaires à surmonter cette crise
 », déclare Stéphane Dessirier, directeur général du groupe MACSF.

Pour en savoir plus : https://presse.macsf.fr/actualites/la-macsf-redistribue-12-millions-de-cotisations-prevoyance-aux-professionnels-de-sante-liberaux-b913-ddf57.html

Un exemple de recommandations du Conseil de l'Ordre des kinés de la Drôme

 

EHPAD, les visites possibles

 

Changer d'assurance ?

On en parle ici : https://www.facebook.com/groups/207007923735613/

Vers une reprise le 11 mai prochain 

Suite au discours du 1er ministre et du ministre de la santé, il est probable que les kinés retrouvent les chemins du travail. Mais il y aura des conditions .... masque, équipement afin de respecter les recommandations .... avec une question : les patients retourneront-ils se faire soigner malgré la présence du virus ...

Des questions ... et prochainement des réponses !

L'horreur dans une maison de retraite au canada

http://monehpad.com/actualites/ehpad-covid-maison-retraite-canada-horreur

La téléconsultation-télésoins est officialisée

http://www.kine-web.com/teleconsultation-telesoins-kine-kinesitherapeute

La FFMKR fait le point financier-kiné :

■ Prime de 1500 € : elle est reconduite pour le mois d’avril

• Entreprises existantes au 1er mars 2019, au choix de l’entreprise :
Chiffre d’affaires du mois d’avril 2019 ou chiffre d’affaires mensuel moyen de l’année 2019.

• Entreprises créées après le 1er mars 2019 :
Chiffre d’affaires mensuel moyen entre la date de création et le 29 février 2020.

Déclaration à souscrire à partir du 1er mai 2020, sur le site impot.gouv (idem mars)

■ Prime complémentaire versée par les régions

Le montant sera compris entre 2 000 euros et 5 000 euros, si ces 4 conditions sont remplies :

•  L’activité doit avoir débutée avant le 1er février 2020.

 

Plus d'informations sur :

https://www.ffmkr.org/actualites/nos-actualites/16-avr-2020-aides-ce-qui-change-au-mois-d-avril?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=Flash%20info%20852

Message de la FFMKR 

L’objectif est de créer un modèle unique de calcul pour toutes les professions de santé, afin de couvrir les charges des professionnels et garantir la pérennité et la survie de nos cabinets.

Nicolas REVEL nous a annoncé la création, d’ici la fin du mois, d’un « guichet-service » pour déposer sa demande d’aide qui sera individualisée en fonction des charges fixes et variables de chacun. Ce dispositif durera le temps de la crise. Les premières aides devraient être versées début mai pour les mois de mars et avril, et sera ensuite reconduit chaque mois autant que nécessaire.

Le Directeur de la CNAM nous a confirmé la parution imminente d’un arrêté encadrant la mise en œuvre du télésoin pour les kinésithérapeutes. Cet outil permettra de reprendre la surveillance, l’évaluation à distance de l’état fonctionnel du patient et l’adaptation de programme d’autorééducation. Le télésoin n’a pas vocation à se substituer à l’exercice de la kinésithérapie, et ne pourra jamais offrir les possibilités d’évaluation clinique et de traitements habituels. En revanche, il sera une alternative pragmatique lorsque les mesures-barrières ne pourront être assurées, faute de matériel notamment, ou lorsque le rapport bénéfice/risque pour un patient ne justifiera pas le contact avec le kinésithérapeute.

Concernant la prise en charge spécifique des patients atteints du Covid-19 sortant de réanimation, et au regard de la complexité typologique de ces patients, nous avons revendiqué la création d’un « acte Covid » calqué sur le modèle de cotation de réhabilitation respiratoire de BPCO. La création de cet acte s’appuiera notamment sur les réponses rapides de la HAS qui travaille actuellement sur le sujet.

Par ailleurs, nous avons évoqué l’impact financier généré par les mesures d’hygiène, de protection et de désinfection exceptionnelles (coût en temps et en consommable) qui nécessite là aussi un accompagnement financier de la Caisse.

https://www.ffmkr.org/zoom-sur/concertation-avec-la-cnam-la-ffmkr-obtient-des-engagements-financiers-face-a-la-crise?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=Flash%20info%20851

Bientôt 5000 membres !

Venez discutez dans le groupe kiné Coronavirus et ses conséquences.

Aucune description de photo disponible.

https://www.facebook.com/groups/207007923735613/

Des étudiants kinés à la rescousse

Comme leurs camarades de médecine ou des soins infirmiers, les étudiants de l’EUK participent à la mobilisation face à l’épidémie de Covid-19, au côté des professionnels de santé. 

La vie a brusquement changé pour les étudiants de l’École universitaire de kinésithérapie (EUK) Centre-Val de Loire depuis la mi-mars. Nombre d’entre eux se trouvaient en stage au moment où l’université a fermé ses portes, et où il a fallu rejoindre le confinement.
Première formation de kinés en France à avoir intégré le giron universitaire, l’EUK est implantée sur le site de la faculté des sciences d’Orléans. Le cursus se déroule en partenariat avec le CHR d’Orléans et le CHU de Tours.
 

On vous en dit plus très rapidement ....

EHPAD - Reprise pour les kinés ?

Le syndicat Alizé a proposé une lettre type à présenter à la directions des EHPAD.

 

Un autre document de synthèse sur le COVD à vendredi dernier : https://www.alize-kine.org/wp-content/uploads/2020/04/Le-point-sur-l%C3%A9pid%C3%A9mie-de-Covid-19-10042020-.pdf?fbclid=IwAR2lHBD-wwLOiztv1pccA4puAPQk_ZiaofIwgDZViuG1zKsSMES-tG3zHXU

Nouvelle pétition - Pour la suspension des charges pour les professionnels de Santé

http://chng.it/ts8jDnKkR8 

Conseil de l'ordre des Kinés - FAQ 

Dois-je fermer mon cabinet ?

Oui. A la suite des annonces du président de la République, et devant la nécessité absolue de contenir la propagation trop rapide de l’épidémie de Covid-19, le Conseil national de l’ordre en appelle au civisme et à la solidarité et demande aux kinésithérapeutes de fermer leurs cabinets à compter de mardi 17 mars 2020 12 heures.

L’Ordre demande également aux kinésithérapeutes de tout mettre en œuvre pour éviter les hospitalisations des plus fragiles en prenant en charge dans le respect strict des règles d’hygiène et à leur seul domicile les patients vulnérables pour lesquels l’arrêt des soins risquerait d’entraîner une aggravation majeure, notamment ceux atteints de pathologies chroniques nécessitant de la kinésithérapie de désencombrement (par exemple mucoviscidose, dyskinésies ciliaires primitives, BPCO…) ainsi que les patients polyhandicapés et les personnes âgées dépendantes.

Nous vous invitons à consulter cet article pour plus de détails.

J’aimerais faire des séances par vidéo, type téléconsultation. Qu’est-il possible de faire ?

Dans l’urgence, le CNOMK a demandé la publication d’un texte qui permettrait de mettre en œuvre des actes de télé rééducation pour les soins qui auront été interrompus au cabinet.

http://www.ordremk.fr/covid-19-questions-frequentes-des-kinesitherapeutes/

Les kinés en EHPAD à nouveau ? - FFMKR

Face à la mise à l’écart contrainte des kinésithérapeutes libéraux intervenant au sein des EHPAD depuis le début de la crise du Covid 19, la FFMKR alerte le ministre de la santé sur l’urgence de la situation.

Elle lui demande expressément de définir le cadre dans lequel l’accès aux EHPAD pour les kinésithérapeutes libéraux sera de nouveau possible, et ainsi apporter des solutions aux patients et aux médecins coordonnateurs, et des consignes claires aux directeurs de ces établissements.

La FFMKR demande aussi à ce que les kinésithérapeutes disposent du matériel de protection adapté pour réaliser les soins.

Télécharger le courrier ►

Rappels de la FFMKR

• dérogation à la règle du professionnel le plus proche
• paiement des aides démographiques en zone sous dotées et très sous dotées
• taux de facturations dégradées augmenté

--> La CNAM nous confirme que, dans le contexte particulier de l'épidémie, une dérogation à la règle du professionnel le plus proche est accordée dans le cas où le masseur-kinésithérapeute répond à un besoin de prise en charge à domicile auquel ne peut répondre le MK le plus proche.

--> Concernant le paiement des aides démographiques en zone sous dotées et très sous dotées, les opérations de paiements seront lancées la semaine prochaine. Les caisses réaliseront ensuite le paiement manuel de ces aides, ces opérations peuvent prendre quelques jours et devraient intervenir d’ici fin avril.

--> Il sera tenu compte, dans le cadre du calcul de l’indicateur "Taux de FSE" pour l’année 2020, des mois de crise Covid-19 qui pourront être neutralisés, au regard du volume de facturations en mode dégradé réalisé pendant cette période. Ces questions de neutralisation d’indicateurs seront abordées à l’automne.
Par ailleurs, non avons relancé la CNAM sur un paiement par anticipation du Forfait d’Aide à la Modernisation et Informatisation du cabinet (FAMI).

Pour rappel, les procédures de récupération d’indus pour « soins à domicile non prescrits » sont suspendues depuis le début de la période de confinement, c’est-à-dire le 16 mars, afin de privilégier la prise en charge à domicile même si elle n’est pas prescrite.

https://www.ffmkr.org/actualites/nos-actualites/10-avr-2020-dispositions-exceptionnelles-en-periode-epidemique

Georges - Nouveau partenaire - Faites vos comptes pendant le confinement

http://www.kine-web.com/interview-come-fouques-la-magie-de-georges-c-est-son-intelligence-artificielle

 

 

France Inter - Message de Pascale Mathieu (Présidente CNOMK)

Pendant le confinement les patients non-covid ont besoin d’une PEC à domicile, rendue difficile par manque de masques. Elle appelle les libéraux à renforcer les équipes hospitalières en 1ere ligne (à 11:15)

Lien : https://t.co/Rciu7LaAPy?amp=1 

Le Figaro du 8 avril 2020

L’image contient peut-être : texte

Message de la MACSF vis à vis des prélèvements

Suspension des cotisations mensuelles de vos contrats d’assurance professionnelle

Dans le cadre de l’épidémie du coronavirus, vous êtes en première ligne face à une crise sanitaire sans précédent et fortement impactés dans votre activité professionnelle.

Solidaire de ses assurés, la MACSF a suspendu les prélèvements automatiques mensuels de vos cotisations pour vos contrats professionnels (plans de prévoyance, multirisque professionnelle et RCP-PJ) pour les mois d’avril et de mai.

Les prélèvements reprendront en juin aux dates habituelles de prélèvement. Les montants suspendus seront équitablement répartis sur les échéances restantes à payer au contrat jusqu’au prochain renouvellement.

 

Message de la FFMKR

Ce mardi 7 Avril, lors d’une réunion téléphonique, le directeur général de l'Assurance Maladie, M. Nicolas Revel, nous a confirmé l'intention du gouvernement de légiférer en faveur des libéraux de Santé afin qu’ils puissent bénéficier d’une compensation pour leur perte d’activité.

La réflexion porte sur l’instauration de mesures équilibrées permettant de couvrir tout ou partie de nos charges fixes, en tenant compte de la chute d’activité et de nos revenus. Seront déduites de ces aides celles déjà reçues de l’Etat (fonds de solidarité, indemnités journalières pour garde d’enfant ou en cas d’atteinte du Covid-19).

Les détails de cette aide sont discutés avec chaque profession de santé conventionnée pour tenter de répondre aux problématiques propres à chacune d’entre-elles, sachant que les modalités de calcul seront les mêmes pour toutes les professions.

Cette concertation, au final arbitrée au plus haut niveau de l’Etat, a pour objectif de garantir le maintien de notre système de santé face à la crise sanitaire en cours.

La FFMKR a un rendez-vous prévu, le 14 avril prochain, pour avancer sur ce sujet.

La FFMKR ne manquera pas de vous tenir informés de l’évolution de ces travaux et pèsera de tout son poids pour que les kinésithérapeutes soient en mesure de reprendre leur activité le plus sereinement possible, et puissent bénéficier rapidement d’aides financières leur permettant d’assurer la pérennité de leur activité.

https://www.ffmkr.org/actualites/nos-actualites/8-avr-2020-la-ffmkr-en-concertation-avec-l-assurance-maladie-pour-que-les-liberaux-puissent-beneficier-d-une-compensation-de-perte-de-revenus?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=Flash%20info%20846

 

Région PACA - Informations Kiné

Message de déléguée régionale de l’assurance maladie de PACA :« Je vous confirme que la CNAM a indiqué aux caisses départementales d’assurance maladie, la possibilité de déroger à la règle dite « du cabinet le plus proche » pour permettre la prise en charge à domicile des malades.
Cette dérogation répond à votre demande et va même au-delà, …dans la situation actuelle elle constate avec pragmatisme la réduction du nombre de MK intervenant à domicile.
 
Ainsi donc, il est autorisé aux kinésithérapeutes de facturer leur déplacement « au réel » : les indemnités forfaitaires et kilométriques correspondant à leur trajet.
En somme : nous appliquons la NGAP avec une dérogation sur la notion de cabinet le plus proche, suspendue pendant la durée de la crise. »

Swisslife - Communiqué

Lire le communiqué dans son intégralité : file:///Users/user/Downloads/CP_Swiss%20Life_Covid-19_2020.04.08%20VD.pdf

 

Signez la pétition !

Pour la suppression des cotisations de la CARPIMKO 2020, signez la pétition

https://www.change.org/p/professionnels-de-sant%C3%A9-affili%C3%A9s-%C3%A0-la-carpimko-appel-pour-annulation-des-cotisations-carpimko-2020-avec-annulation-cotisations-carpimko?recruiter=440384606&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=twitter&utm_source=share_petition

Télésoins et Kinésithérapie c'est bon !!

 Aller à 10 minutes

https://www.pscp.tv/w/cVoHAjFtTUtQUmxSYXllRUd8MVlwS2tRbVJBanlKai9fmSMkQ7w1kGtn9m6PEhQYuF3bO2CftJ-xM004y8vT

Vers une annulation des cotisation 2020 de la CARPIMKO ?

Télésoins & Kinésithérapie - ça avance !

Message de la FFMKR - Après plusieurs jours de discussion et de concertation avec la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et le Ministère des Solidarités et de la Santé, nous devrions rapidement aboutir (dans le courant de la semaine) à la parution d’un décret permettant le télésoin en kinésithérapie, pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie.
Par ailleurs, devant l’inégalité de traitement au regard des indemnités journalières pour les professionnels de santé et les conditions d’octroi de l’aide sur le fonds de solidarité, la FFMKR a entamé des discussions avec Nicolas REVEL, Directeur Général de l’Assurance Maladie, afin de mettre en place un dispositif permettant d’indemniser chaque kinésithérapeute, notamment à travers la prise en charge de tout ou partie de nos cotisations sociales.

MACSF - Suspension des prélèvements pour avril et mai

Solidaire de ses assurés, la MACSF suspend, à compter du 1er avril, pour les mois d'avril et mai, les prélèvements automatiques des cotisations des contrats professionnels (prévoyance, multirisque professionnelle et RCP-PJ) pour les professionnels libéraux et personnes morales. Les prélèvements reprendront en juin aux dates habituelles de prélèvement. Les montants suspendus seront lissés sur les échéances restantes à payer au contrat. Les contrats dont les échéances de prélèvements automatiques sont trimestrielles, semestrielles ou annuelles ne sont pas concernés.

Rappel : 

Un fonds de solidarité d'1,5 million d'euros pour les sociétaires en difficulté

La vocation de ce fonds est de venir en aide à nos sociétaires les moins préparés qui rencontrent des difficultés financières ponctuelles importantes directement liées à la crise du coronavirus en raison d’une baisse d’activité. Il ne peut s’agir de compenser totalement une perte de revenu ou un manque à gagner, mais bien d’aider nos sociétaires à parer au plus pressé et à surmonter les difficultés financières circonstanciées. 

Les aides versées seront d’un montant moyen de 1000 euros.

Le comité d’attribution considérera les demandes au fur et à mesure et délivrera les aides tout au long des semaines qui viennent pour répondre au caractère d’urgence. 

Les sociétaires qui désirent faire une demande d’aide sont invités à suivre la procédure décrite ci-dessous : 

Procédure en ligne 

Pour effectuer votre demande :

  • Téléchargez et complétez le fichier PDF ci-dessous 

 

 

  • Envoyez-le par email àCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. en joignant impérativement : 
    • - Déclaration 2035 datée de 2019 ou 2018 ou Fiche de paie de moins de 3 mois (pour chacun des conjoints). Si vous avez démarré votre activité récemment et que vous n’avez pas de fiche 2035 (jeunes installés) nous vous remercions de nous le préciser pour que nous puissions le prendre en compte. 
    • - Carte nationale d’identité ou passeport du demandeur
    • - RIB du demandeur 

Les dossiers seront examinés sur la base des justificatifs présentés et des explications fournies par un comité qui reste libre de ses décisions et garant de la confidentialité des informations communiquées. 

Le comité adressera une réponse à tous les demandeurs. Dans le cas des réponses positives, les aides seront versées par virement bancaire pour éviter les délais postaux. Il est donc impératif de transmettre les RIB.

14 soignants positifs au COVID 19

 

 

Lancement d'une plateforme de soins de l'ARS pour la Kinésithérapie sur la région cannoise

 

Dans un soucis de permettre aux habitants de la région cannoise de continuer les soins de kinésithérapie malgré le confinement, une plateforme Arbam.fr a été lancée en ce début de mois d'avril. A la base, l'ARBAM est missionnée et financée par l'ARS avec comme objectif d'organiser la permanence des soins de ville en kinésithérapie respiratoire pédiatrique, pendant l'épidémie de bronchiolite les week-ends et jours fériés, par la mise en place d'un système de garde. Mais depuis peu il est possible de trouver un kinésithérapeute dans le cadre d’un retour à domicile après une opération, une hospitalisation pour le Covid-19 ou tout autre soin nécessitant l’intervention d’un kinésithérapeute.

 

Message du CNOMK 

Nous n’avons pas encore atteint le pic de l’épidémie. Mais déjà, de nombreux patients sortent de services et réanimation. Des recommandations pour la prise en charge kinésithérapique des patients Covid-19 sont en cours d’élaboration, sous forme de réponse rapide, par des kinésithérapeutes sous l’égide de la Haute autorité de Santé.
Les médecins qui exercent au sein de ces services savent que les kinésithérapeutes sont indispensables et réclament leur intervention pour aider les patients à recouvrer leurs capacités fonctionnelles.
Certains, en raison de la curarisation nécessaire pendant la sédation pour mettre en place une ventilation mécanique, auront développé des neuro-myopathies acquises en réanimation. Tous subissent une immobilisation prolongée. La littérature sur l’intérêt d’une mobilisation précoce en service de réanimation et de soins intensifs existe. Ceux qui le peuvent, trachéotomisés, doivent libérer les lits de réanimation et sont réorientés vers d’autres services hospitaliers ou des services de soins de suite et de réadaptation.
C’est dans ce cadre précis qu’ils vont avoir un besoin urgent et massif de kinésithérapie. Car le kinésithérapeute est non seulement compétent mais le seul à être habilité à réaliser des actes sur ce type de patients. Or, comme vous le savez, de nombreux postes de kinésithérapeutes ne sont pas pourvus dans les hôpitaux.
À la suite d’une initiative de l’ARS Île-de-France, une plate-forme nommée renfort-Covid a été déployée pour faciliter la mise en relation des professionnels et des établissements dans le cadre de la crise nous traversons.
Elle est utilisée par de nombreuses ARS. Nous vous engageons à vous inscrire via cette plate-forme si vous souhaitez renforcer les équipes de kinésithérapeutes indispensables pour prendre les patients en charge rapidement afin de retrouver dès que possible suffisamment d’autonomie pour leur permettre de rentrer chez eux et poursuivre leurs soins grâce aux confrères et consœurs libéraux.
C’est ainsi toute la chaîne de kinésithérapie, de la réanimation au retour à domicile en passant par l’hôpital et le SSR que nous aurons besoin de mobiliser. C’est notre devoir de professionnels de santé de répondre massivement à ce besoin essentiel de soins de kinésithérapie au cours de cette urgence sanitaire.
Soyez assurés que tous les élus et les collaborateurs de l’ordre sont à vos côtés pour vous aider à traverser au mieux cette crise majeure.

Volontaire, comment faire ?

 
Étape 1
Téléchargez sur votre mobile l'application.


Étape 2
1. Renseignez votre identité et vos compétences.
2. Choisissez votre zone de mobilisation.
3. Finalisez votre inscription sur l'application.

 

Assurance professionnelle face au Coronavirus - CPAM (Merci à Joelle)

Si un PAMC ne souscrit pas à cette assurance volontaire antérieurement à la survenance d’un AT (de quelque nature qu’il soit, lors d’une séance, accident du trajet, Maladie Professionnelle), il ne pourra prétendre au bénéfice de la législation professionnelle, qui est plus favorable, et les frais découlant de son AT ne pourront être pris en charge dans ce cadre.

Cependant, les frais de santé relatifs à cet accident du travail seront alors pris en charge au titre de la branche maladie, selon le même taux de remboursement et le même tarif de convention.

DONC.

Ceux qui l’ont souscrite, bénéficient du 1/3 payant pour les frais de santé suite à un AT-MP : prise en charge des frais de santé dans la limite du barème de remboursement de la sécurité sociale.

Ceux qui ne l’ont pas souscrite, font l’avance des frais de santé ; la sécu remboursera au titre de l’assurance maladie et la mutuelle intervient ensuite.

 

Aucune description de photo disponible.

Nouveau décret

Le décret n°2020-394 modifie le décret n° 2020-371 du 30 mars 2020 relatif au fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l'épidémie du coronavirus et des mesures prises pour limiter cette propagation, pour ouvrir le bénéfice du fonds aux entreprises ayant subi durant le mois de mars une perte de chiffre d'affaires supérieure à 50 %, au lieu de 70 % précédemment.

Les personnes titulaires d'un contrat de travail à temps complet ou d'une pension de vieillesse ou ayant bénéficié d'indemnités journalières de sécurité sociale d'un montant supérieur à 800 euros sur la période sont exclues du dispositif.
Ces personnes percevront sur demande une aide forfaitaire de 1 500 euros (ou une aide égale à leur perte de chiffre d'affaires si celle-ci est inférieure à 1 500 euros). La demande d'aide devra être réalisée par voie dématérialisée, au plus tard le 30 avril.
Ces personnes pourront bénéficier d'une aide complémentaire forfaitaire de 2 000 euros lorsqu'elles emploient au moins un salarié, qu'elles se trouvent dans l'impossibilité de régler leurs dettes à trente jours et qu'elles se sont vu refuser un prêt de trésorerie par leur banque. La demande d'aide complémentaire devra être réalisée par voie dématérialisée, au plus tard le 31 mai, et sera instruite par les services des conseils régionaux.

Ordre des kinés - Médias

Vos questions et vos réponses : https://www.instagram.com/p/B-eR_xQihPk/

CNO - Des informations sur la kiné en milieu hospitalier : 

Les kinésithérapeutes hospitaliers sont, eux aussi, fortement engagés dans la prise en charge des malades graves de la COVID-19. Œuvrant dans les services de réanimation auprès des patients intubés, souvent placés dans un coma artificiel et curarisés, les kinésithérapeutes effectuent un travail indispensable afin que les patients puissent retrouver le plus tôt possible leur autonomie et leur qualité de vie.

Nous avons rencontré Matthieu Reffienna, kinésithérapeute DE, au Pôle Soins Critiques à l’Hôpital Foch en région parisienne afin qu’il nous parle de son métier et des conditions de travail en pleine crise sanitaire.

Quelle est la situation des patients COVID+ admis dans les services de réanimation ?

Les patients atteints de la COVID-19 admis dans les services de réanimation sont dans un état grave et en grande souffrance respiratoire. Ils sont intubés et branchés pendant une quinzaine de jours à un ventilateur mécanique, ce qui nécessite de les maintenir dans un coma artificiel durant une grande partie de cette période, ce que l’on appelle la sédation. 

Quelles sont les effets secondaires de cette réanimation ?

Pendant cette période de coma, il est habituel que les patients perdent leurs muscles parce que le corps se défend contre l’agression ce qui provoque un état de stress. Cette fonte musculaire est également due au fait que les muscles ne sont plus sollicités. 

Cela provoque le développement d’une vraie amyotrophie qui porte le nom de “neuromyopathie acquise en réanimation”.

Elle se traduit au réveil du patient par un tableau clinique allant de la tétraparésie à la tétraplégie flasque. Le patient va se réveiller impotent. Cela s’accompagne aussi d’une atteinte des muscles respiratoires ce qui va rendre le sevrage du ventilateur encore plus difficile.   

Dans ce contexte, quel est le rôle du kinésithérapeute ?

L’objectif est de prévenir au maximum l’apparition de la neuromyopathie. Pendant la phase de coma, on essaie de mobiliser passivement les patients : même si ces méthodes font un petit peu débat en temps normal, vu la gravité de la crise, on ne peut pas se permettre de les rejeter. 

Ensuite, dès que les patients vont commencer à se réveiller et à être un peu plus présents, (diminution de la sédation) le kiné les mobilise plus activement et tente de les faire bouger le plus tôt possible y compris pendant la période où ils sont encore intubés : il s’agit simplement les faire s’asseoir au bord du lit, les mettre au fauteuil, voire de leur faire faire du vélo. Le but est de limiter la fonte musculaire et  d’essayer de les rééduquer le plus rapidement possible afin qu’ils puissent être autonomes dès l’extubation et accélérer la sortie de réanimation.

Pour nous guider durant toute cette période, nous nous appuyons sur les recommandations que la Société de Kinésithérapie de Réanimation a sorti fin mars.

Quelles sont aujourd’hui vos conditions de travail ?

L’hôpital Foch est un établissement de santé privé d’intérêts collectifs  : nous avons donc des moyens importants tant sur le plan humain que matériel. Nous ne sommes donc pas encore submergés par la vague et nous arrivons encore à répartir efficacement les kinés et le matériel. Pour le moment…

Je sais que dans d’autres hôpitaux, notamment à l’AP-HP, la situation est autrement plus difficile parce qu’ils ont énormément de patients et un turn-over important, Les malades sont dispatchés un peu partout à l’hôpital et ils n’ont pas forcément autant de kinés experts en réanimation que nécessaire. Alors qu’ils sont déjà en sous effectif en temps normal, c’est aujourd’hui encore plus difficile. Ils sont obligés d’appeler leurs collègues des autres services. 

Nous, pour le moment, nous arrivons à gérer mais nous nous préparons à avoir des remplaçants au cas où l’un d’entre nous attraperait la COVID-19 ce qui l’obligerait à être absent pour au moins 8 jours… 

Quel est aujourd’hui et sera demain le rôle des kinésithérapeutes libéraux ?

Dans un premier temps, certains peuvent venir en renfort À l’AP-HP,  surtout s’ils ont de l’expérience en réanimation afin de renforcer les effectifs. . 

Il faut aussi anticiper l’après-réanimation, c’est à dire le moment où les patients vont être réveillés, être extubés, et sortir de réanimation dès que leur état est assez stable afin de pouvoir accueillir de nouveaux patients.

A la sortie de réanimation, ces patients avec une importante atteinte fonctionnelle pour certains d’entre eux vont avoir besoin d’énormément de rééducation (musculaire, respiratoire, déglutition), sans pour autant avoir de place en Services de Rééducation Post-Réanimation (places qui manquent déjà en temps normal, et dans lesquelles il y a une pénurie de kinésithérapeutes). 

 Les kinésithérapeutes libéraux vont avoir là toute leur importance à la fois pour apporter leur aide au cabinet et à domicile. 

Ces kinésithérapeutes qui ont des connaissances dans le domaine de la rééducation musculo squelettique mais aussi respiratoire et des troubles de la déglutition vont ainsi être utiles dans cette deuxième phase, qui pourra dans certains cas durer de longues semaines. Il prendront en charge tous ces patients qui vont sortir vivants de réanimation mais vont être fortement affaiblis et dépendants, et psychologiquement affectés.

http://www.ordremk.fr/actualites/kines/covid-19-les-kines-hospitaliers-sur-le-front/?fbclid=IwAR1nX57mKyf22BMo5IWxnS0nT_AcWz-WloALEeLID-jD6QqLUXYl3YeP6sc

Et fermeture des cabinets:

La fermeture des cabinets ne signifie pas l’arrêt des soins.

Les kinésithérapeutes doivent en effet rester mobilisés pour éviter les hospitalisations des patients les plus fragiles en les prenant en charge dans le respect strict des règles d’hygiène à leur domicile, essentiellement ceux pour lesquels l’arrêt des soins risquerait d’entraîner une aggravation majeure en présence de pathologies chroniques nécessitant de la kinésithérapie de désencombrement, les soins post opératoires, les patients sortis de l’hôpital porteurs de Covid, les patients porteurs de handicaps lourds et les personnes âgées dépendantes. Seule la connaissance que chaque kinésithérapeute a de ses patients et de leur bilan permettront de décider ou non de l’opportunité de la prise en charge.

Ces visites à domicile se feront conformément à l’article 1er du décret du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19.

Les recommandations relatives aux gestes barrière doivent être appliquées scrupuleusement : le nettoyage des mains est primordial ainsi que le port d’un masque, les modèles FFP2 s’ils sont disponibles doivent être réservés à la protection dans le cadre des séances de kinésithérapie respiratoire.

Exigez des masques de vos ARS pour dispenser ces soins et assurez-vous de disposer des conditions d’hygiène nécessaires pour vous protéger et protéger les patients.

Faites un transfert de ligne téléphonique pour être joignable et répondre aux questions de vos patients.

Les prises en charge en clinique privée doivent être poursuivies, sauf consignes contraires de la direction.

Ces dispositions sont prolongées jusqu’à nouvel avis.

Dans cette logique de confinement de la population, de fermeture des cabinets et de respects des gestes barrière l’ordre a demandé avec les syndicats la parution d’un texte permettant de réaliser et facturer des actes de télé kinésithérapie, qui devrait paraitre très prochainement.

Nous vous remercions de votre engagement au service de l’intérêt collectif qui permettra grâce à l’effort de chacun de limiter la durée du confinement.

Pour information :

En tant que travailleur indépendant (artisan-commerçant ou profession libérale), vous n'êtes pas assuré de façon obligatoire contre le risque des accidents du travail et maladies professionnelles (AT/MP). Vous avez cependant la possibilité de souscrire une assurance volontaire et individuelle contre ce risque, moyennant le paiement d’une cotisation.

https://www.ameli.fr/alpes-maritimes/assure/droits-demarches/maladie-accident-hospitalisation/assurance-volontaire-individuelle/mp/assurance-volontaire-individuelle-mp

Aide financière - Tutot et conditions - Merci à Florent et son comptable !

Questions / Réponses du CNOMK

 

Pourquoi les cabinets des kinés sont fermés ?

Suite à l’annonce du confinement par le Président de la République le 16 mars 2020 et face aux chiffres énormes de la propagation du coronavirus, les membres du Conseil National du Conseil de l’Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes ont considéré que faire venir les patients au cabinet multipliait les risques de contagion. En effet, il est extrêmement difficile de s’assurer d’une désinfection parfaite des surfaces.

Il est apparu que ce n’était pas responsable de laisser les cabinets de ville ouverts.

C’est la raison pour laquelle le Conseil national de l’Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes a demandé aux kinésithérapeutes de fermer leurs cabinets à compter de mardi 17 mars 2020 12 heures.

En somme, l’objectif est double : vous protéger et protéger les masseurs-kinésithérapeutes tout en contribuant à limiter la propagation du SARS-CoV-2.

Et si les soins que je dois recevoir me sont vitaux ou permettent de m’éviter d’être hospitalisé ?

Si vous souffrez d’une pathologie chronique nécessitant des soins en kinésithérapie de manière ininterrompue, rassurez-vous : ceux-ci vous seront prodigués à domicile.

 

En effet, l’Ordre a demandé aux kinésithérapeutes de tout mettre en œuvre pour éviter les hospitalisations des plus fragiles en prenant en charge à leur domicile les patients vulnérables pour lesquels l’arrêt des soins risquerait d’entraîner une aggravation majeure, notamment ceux atteints de pathologies chroniques nécessitant de la kinésithérapie de désencombrement (par exemple mucoviscidose, dyskinésies ciliaires primitives, BPCO…) ainsi que les patients polyhandicapés et les personnes âgées dépendantes.

Durant ces soins à domicile, veillez à respecter également les mesures barrières : lavage des mains (eau et savon ou gel hydro-alcoolique) entre chaque patient. Ne soyez pas surpris de voir votre kinésithérapeute porter un masque chirurgical : il le fait pour vous protéger et se protéger.

Que faire en attendant la réouverture des cabinets ?

En attendant la réouverture du cabinet de votre kinésithérapeute et afin de limiter les douleurs et d’éviter une aggravation :

  • Bougez. Il faut s’imposer des temps où l’on bouge, où l’on fait ses exercices » – et cela vaut aussi le coup pour tout le monde afin de prévenir les troubles musculo-squelettiques. Veillez à suivre à la lettre les conseils de votre kinésithérapeute et à l’appeler si vous avez besoin d’aide.
  • Respectez absolument les doses prescrites d’anti-douleur et évitez les anti-inflammatoires si vous avez des symptômes évocateurs du COVID-19 (fièvre, une fatigue importante, toux sèche et/ou des difficultés à respirer).
  • Si votre état se dégrade, sollicitez votre médecin traitant par téléphone ou une plateforme de téléconsultation.
  • Appelez le 15 seulement en cas d’urgence, comme par exemple si vos douleurs lombaires s’accompagnent d’une perte de sensibilité, d’une jambe « qui lâche », d’une incontinence urinaire et fécale pouvant signifier un « syndrome de la queue de cheval » qui constitue une urgence à prendre en charge rapidement.

En cette période de confinement, votre kinésithérapeute restera néanmoins à l’écoute pour vous aider et vous conseiller. Même si le cabinet est fermé, les kinés sont invités à prendre en charge les appels téléphoniques et sont tenus d’expliquer le bon sens du confinement et les mesures barrières. et de proposer des exercices à ceux qu’ils ne peuvent pas recevoir,

Est-ce que mon kiné va continuer à venir pour les séances à domicile ?

Si votre état l’exige et afin d’éviter toute aggravation de votre état, votre kinésithérapeute continuera de venir à votre domicile dans le respect strict des règles d’hygiène.

Pouvez-vous me donner des conseils de rééducation en ligne via la page Facebook “Mon kiné et moi”?

La page “Mon kiné et moi” n’est pas destinée à donner des conseils personnalisés. Chaque individu est unique et votre rééducation est toujours adaptée à votre état, à vos besoins et à vos objectifs. Nous ne saurions que vous orienter vers votre kinésithérapeute.

Source : http://www.ordremk.fr/actualites/patients/covid-19-questions-frequentes-des-patients/

Message du président de la FFMKR

https://www.ffmkr.org/_upload/ressources/discours/sebastien_guerard/Discours-SG-31-03-20.MP4

19 morts dans un EHPAD sur la côte d'azur

http://monehpad.com/actualites/ehpad-covid-19-19-morts-a-mougins

Belle initiative du groupe total pour les EHPAD notamment

http://monehpad.com/actualites/ehpad-covid-19-total-se-mobilise-a-son-tour

Message du ministre

Image

Précisions de la FFMKR

Les masseurs-kinésithérapeutes libéraux sont bien concernés par les précisions qu’apporte ce décret.

Conformément aux engagements qu’a pris la FFMKR envers ses adhérents et plus largement, l’ensemble de la profession, pour compenser leurs pertes de revenus, les négociations se poursuivent et nous devrions obtenir un décret rectificatif d’ici la fin de semaine abaissant à 50% au lieu de 70% la perte de chiffre d’affaire, et ce dès le mois de mars.

Parmi ces entreprises, pourront bénéficier de la première aide couvrant leur perte de chiffre d’affaires jusqu’à 1.500 euros celles qui ont été fermées par mesure sanitaire ou celles qui ont vu leur chiffre d’affaires baisser d’au moins 70 % en mars.

Elles peuvent donc faire leur demande dès aujourd’hui. Celles dont le chiffre d’affaires a baissé de 50 % à 70 % pourront le faire dès la publication du prochain décret, vendredi, selon Bruno Le Maire.

Attention, ceux qui auraient bénéficié, au cours de la période comprise entre le 1er mars 2020 et le 31 mars 2020, d’indemnités journalières de sécurité sociale d’un montant supérieur à 800 € ne seraient pas éligibles au fonds de solidarité.

Les précisions ci-dessous

Sont concernés :

- Les masseurs-kinésithérapeutes libéraux ;

- Qui ont débuté leur activité avant le 1er février 2020, dont le bénéfice imposable n’excède pas les 60 000 euros ;

- Les personnes physiques ou, pour les personnes morales, leur dirigeant majoritaire, ne sont pas titulaires, au 1er mars 2020, d’un contrat de travail à temps complet ou d’une pension de vieillesse et n’ont pas bénéficié, au cours de la période comprise entre le 1er mars 2020 et le 31 mars 2020, d’indemnités journalières de sécurité sociale d’un montant supérieur à 800 € (article 1 du décret) ;

- Qui ont subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 70 % durant la période comprise entre le 1er mars 2020 et le 31 mars 2020, par rapport à la même période de l’année précédente ;

- Ou, pour les entreprises créées après le 1er mars 2019, par rapport au chiffre d’affaires mensuel moyen sur la période comprise entre la date de création de l’entreprise et le 1er mars 2020 ;

- Ou, pour les personnes physiques ayant bénéficié d'un congé pour maladie, accident du travail ou maternité durant la période comprise entre le 1er mars 2019 et le 31 mars 2019, ou pour les personnes morales dont le dirigeant a bénéficié d'un tel congé pendant cette période, par rapport au chiffre d'affaires mensuel moyen sur la période comprise entre le 1er avril 2019 et le 29 février 2020 (article 2 du décret).

Les seuils d’indemnisation :

- Perte de CA > 1.500 euros : l’aide est de 1.500 euros (montant forfaitaire),
- Perte de CA < 1.500 euros : la « subvention » est égale au montant de la perte.
- La demande d’aide est réalisée par voie dématérialisée, au plus tard le 30 avril 2020, sur le site impots.gouv.fr.

La demande est accompagnée des justificatifs suivants :

- Une estimation du montant de la perte de chiffre d’affaires ;

- Une déclaration sur l’honneur attestant que l’entreprise remplit les conditions prévues par le présent décret et l’exactitude des informations déclarées ainsi que la régularité de sa situation fiscale et sociale au 1er mars 2020 ;

- Les coordonnées bancaires de l’entreprise.

Possibilité d’une aide complémentaire :

Les entreprises remplissant les critères fixés à l’article 2 peuvent bénéficier d’une aide complémentaire d’un montant forfaitaire de 2.000 euros lorsqu’elles remplissent les conditions suivantes au jour de la demande :

- Elles ont bénéficié de l'aide prévue à l'article 2  ;

- Elles emploient, au 1er mars 2020, au moins un salarié en contrat à durée indéterminée ou déterminée ;

- Elles se trouvent, dans l’impossibilité de régler leurs créances à régler dans les trente jours suivants ;

- Leur demande d'un prêt de trésorerie d'un montant raisonnable faite depuis le 1er mars 2020 auprès d'une banque dont elles étaient clientes à cette date a été refusée par la banque ou est restée sans réponse passé un délai de dix jours.

Cette aide est accordée sur demande effectuée auprès des services du conseil régional du lieu de résidence.

Source : https://www.ffmkr.org/actualites/nos-actualites/20-mars-2020-recapitulatif-des-aides-accordees

SNMKR - Communiqué

Image

Comment bénéficier de l'aide allant jusqu'à 1 500 € du fonds de solidarité financé par l’État et les régions ?

L’Etat et les Régions ont mis en place un fonds de solidarité pour aider les petites entreprises les plus touchées par la crise. Les intercommunalités et les grandes entreprises pourront contribuer au financement du fonds. Les compagnies d’assurance ont déjà annoncé une contribution de 200 millions d’euros.

Qui est concerné par ce fonds de solidarité financé par l’Etat et les Régions ?

Sont concernés par cette aide pouvant aller jusqu'à 1 500 €, les TPE, indépendants, micro-entrepreneurs et professions libérales qui font moins d’1 million d’euros de chiffre d’affaires ainsi qu’un bénéfice annuel imposable inférieur à 60 000 € et qui :

  • subissent une fermeture administrative ;
  • ou qui connaissent une perte de chiffre d'affaires d’au moins 50 % au mois de mars 2020 par rapport au mois de mars 2019.

Pour les situations les plus difficiles, un soutien complémentaire de 2 000 € pourra être octroyé pour éviter la faillite au cas par cas.

L’instruction des dossiers associera les services des Régions et de l’Etat au niveau régional.

Comment bénéficier de cette aide ?

Dès le mardi 31 mars, toutes les entreprises éligibles ayant fait l’objet d’une fermeture administrative ou ayant subi une perte de chiffre d’affaires de 70% pourront faire une simple déclaration sur le site des impôts - impots.gouv.fr - pour recevoir une aide allant jusqu’à 1 500 €. Cette somme sera défiscalisée.

A partir du vendredi 3 avril, les entreprises éligibles ayant subi une perte de chiffre d’affaires de 50% en mars 2020 par rapport à mars 2019 pourront également faire une simple déclaration sur le site des impôts - impots.gouv.fr - pour recevoir une aide défiscalisée allant jusqu’à 1 500 €.

A partir du mercredi 15 avril, les entreprises qui connaissent le plus de difficultés pourront obtenir, au cas par cas auprès des régions, une aide complémentaire de 2 000 €.

>> Vous trouverez toutes les informations sur les démarches à réaliser pour bénéficier de l’aide du fonds de solidarité en cliquant ici.

 

Rappel aides financières Kiné au 1er avril 2020

Le Fonds de solidarité sera effectif à partir 1er Avril 2020 .

À ce stade, il est prévu de l'ouvrir aux entreprises de moins de 10 salariés indépendantes (à l’exclusion de celles appartenant à un groupe de sociétés), quel que soit leur statut (entreprise individuelle, y compris micro-entrepreneur, indépendants et sociétés) et qui :

  • ont un chiffre d’affaires en 2019 inférieur à 1 M€ ; pour les entreprises n'existant pas au 1er mars 2019, le CA à prendre en compte sera le CA mensuel moyen, qui devra être inférieur à 83 333 euros entre la création de l'entreprise et le 1er mars 2020 ;
     
  • auront fait l’objet d’une fermeture par décision de l’administration ou qui appartiennent à un secteur particulièrement touché (hébergement, restauration, activités culturelles et sportives, événementiel, foires et salons, transport-entreposage) ;
     
  • auront subi une perte de CA durant la période comprise entre le 1er mars et le 31 mars 2020, par rapport à l’année précédente, supérieure à 70 %.

À ce stade, 1 500 euros pour les entreprises avec une perte de CA de plus de 1 500 euros.

Pour celles avec une perte de CA inférieure ou égale à 1 500 euros, un versement du montant de la perte de leur CA durant la période, par rapport à la même période de l'année précédente.

Pour le premier volet, la DGFiP travaille actuellement à développer une solution simple qui permettra aux demandeurs, dès le début d'avril, de remplir un formulaire via votre "espace particulier" du site impots.gouv.fr avec les informations indispensables au traitement de leur demande (SIREN/SIRET, RIB, montant du CA, montant de l'aide demandée et déclaration sur l'honneur certifiant que les renseignements fournis sont exacts).

 

Statistiques

Image

Belle initiative

Actukine met à votre disposition gratuitement les ressources relatives à la prise en charge des patients atteints de covid19. Cette ressource rassemble les recommandations du dispositif du parcours de soins, les recommandations de prises en charge à la fois par les sociétés savantes et la littérature disponible sur le sujet.

https://www.actukine.com/e-learning-en-acces-gratuit-covid-19-et-kinesitherapie/?fbclid=IwAR2q0dSoXAkd2ief2D6cDpouNcY1YoWvNk3Kfem3NATw-B9TfJVU9CR4koY 

Contagions

 

Aucune description de photo disponible.

Lettre du ministère aux professionnels de santé

Image

Signez la pétition, déjà plus de 10 000 signatures !

https://www.change.org/p/masseurs-kin%C3%A9sith%C3%A9rapeutes-lib%C3%A9raux-covid-19-et-d%C3%A9tresse-financi%C3%A8re-des-masseurs-kin%C3%A9sith%C3%A9rapeutes-lib%C3%A9raux?recruiter=155068940&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=petition_dashboard&recruited_by_id=242ec0a0-a6e5-4354-8966-6f1061d19972&utm_content=starter_fb_share_content_fr-fr%3Av2

 

Et plus de 50000 concernant l'annulation des charges !

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-annulation-des-charges-et-taxes-pour-les-ind%C3%A9pendant-durant-la-pand%C3%A9mie-on-doit-vivre?recruiter=false&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=psf_combo_share_abi&recruited_by_id=15114020-6753-11ea-a377-cf9c98ffa279&utm_content=fht-20861698-fr-fr%3Av8&fbclid=IwAR3XnXKCKoIu9EeRiXRZ85gua3XhTHoTYweiQC-_hce4oGfTC1CVfrzJmkM

Une nouvelle aide de la sécurité sociale des indépendants

**Bénéficiez de l'aide financière de l'action sociale de l'URSSAF ! **
En complément de l'aide de 1 500 € annoncée par le gouvernement, l'action sociale de l'URSSAF peut vous aider financièrement (aide financière ou prise en charge des cotisations sociales)
Le formulaire de demande d’aide financière exceptionnelle de l'Urssaf est en ligne !
Vous le trouverez juste ici :
https://www.secu-independants.fr/…/Formulaire_AFE_ACED_coro…
Le formulaire est à compléter électroniquement ou manuellement et à envoyer par e-mail à l’adresse de l'Urssaf/CGSS de la région de votre entreprise.
Vous trouverez la liste des courriels ici :
https://www.secu-independants.fr/action-s…/aide-coronavirus/ 
Pour remplir ce document, munissez-vous des informations suivantes :
n° de sécurité sociale ;
n° de SIREN ;
n° de compte URSSAF ;
Vos chiffres d’affaires et vos revenus professionnels depuis mars 2019 (ou si enregistrement après mars 2019 vous munir de tous vos CA et revenus depuis la création).
❗️RAPPEL ❗️** la différence entre chiffres d’affaires et revenu professionnel :**
Le CA est le total de vos recettes , tandis que le revenu professionnel est le total de votre CA, moins l’abattement forfaitaire** **en fonction de votre activité :
71 % pour les activités de vente et fourniture de logement,
50 % pour les autres activités relevant des BIC (bénéfices Industriels et commerciaux)
34 % pour les activités relevant des BNC (bénéfices non commerciaux) artisanat, libérales…
Exemple : 1 000€ de chiffre d’affaires pour un professeur de Yoga, son revenu professionnel est de (1000 – 34 %) 660 €.

https://www.secu-independants.fr/action-sociale/aide-coronavirus/?fbclid=IwAR2F4Pl_I_keaCYmlJo5BSO7X36JjVutMKwkNVU5A-kof50bU_YfBUNMboY

Questions & Réponses du conseil de l'ordre des kinés

http://www.ordremk.fr/covid-19-questions-frequentes-des-kinesitherapeutes/

Prolongation du confinement

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé vendredi le renouvellement du confinement en France pour deux semaines à compter de mardi, soit jusqu’au 15 avril, précisant que cette période pourrait encore être prolongée.

“Avec l’accord du président de la République, j’annonce aujourd’hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain, soit jusqu’au mercredi 15 avril” dans les mêmes conditions, a-t-il déclaré, à l’issue d’un Conseil des ministres. “Cette période pourra évidement être prolongée si la situation sanitaire l’exige”.

Prise en charge des IJ des professionnels de santé libéraux - Mise à jour au 27/03/2020

Dans le cadre de l’épidémie Covid-19, l’Assurance Maladie prend en charge, de manière dérogatoire et sans délai de carence, les indemnités journalières pour les professionnels de santé libéraux s’ils sont amenés à interrompre leur activité professionnelle, selon des modalités alignées sur celles appliquées aux salariés et travailleurs indépendants.

La procédure à suivre varie selon la situation amenant le professionnel de santé à interrompre son activité professionnelle

Professionnels de santé dont le diagnostic d’infection à Covid-19 a été posé cliniquement ou biologiquement

Comme pour tout patient, un arrêt de travail peut être établi par un médecin (arrêt de travail prescrit pour eux-mêmes par les médecins le cas échéant). Cet arrêt de travail est ensuite adressé à l’Assurance Maladie (soit par le médecin prescripteur de manière dématérialisée via amelipro, soit par le patient par courrier postal). Les indemnités journalières seront ensuite versées pour la durée de l’arrêt de travail prescrit.

Professionnels de santé dont le confinement à domicile est recommandé

Dans un avis rendu le 14 mars dernier, le Haut Conseil de la santé publique a recommandé le confinement à domicile des femmes enceintes dans leur 3e trimestre de grossesse ainsi que des personnes atteintes de certaines pathologies (liste établie par le Haut Conseil).

Afin d’alléger la charge pour les cabinets médicaux en ville très sollicités et de permettre le confinement immédiat d’un maximum de ces patients, un téléservice dédié, declare.ameli.fr, a été mis en place par l’Assurance Maladie. Il permet aux femmes enceintes dans leur 3e trimestre de grossesse ainsi qu’aux assurés admis en ALD au titre d’une des pathologies listées par le Haut Conseil de la santé publique de pouvoir demander en ligne à être placés en arrêt de travail. Le service médical de l’Assurance Maladie procède au contrôle de la situation du demandeur et peut ainsi lui délivrer un arrêt de travail. Les indemnités journalières peuvent ensuite être versées pour la durée de l’arrêt de travail prescrit

L’arrêt peut être déclaré de manière rétroactive (possibilité de déclarer un arrêt initié depuis le 13 mars 2020).

Les professionnels de santé qui souffrent d’une des pathologies listées mais ne sont pas reconnus en ALD pour celle-ci sont invités à consulter un médecin pour qu’il établisse, si besoin, un arrêt de travail (prescription pour eux-mêmes par les médecins le cas échéant). Cet arrêt de travail est ensuite adressé à l’Assurance Maladie (soit par le médecin prescripteur de manière dématérialisée via amelipro, soit par le patient par courrier postal). Les indemnités journalières seront ensuite versées pour la durée de l’arrêt de travail prescrit.

Professionnels de santé dont l’arrêt d’activité est lié à des contraintes de garde d’enfant de moins de 16 ans

Dans l’hypothèse où le professionnel de santé n’est pas en mesure de bénéficier des dispositifs de garde d’enfant mis en place par les pouvoirs publics pour faciliter la continuité d’activité des professionnels de santé, et qu’il n’a pas d’autre alternative que d’interrompre son activité professionnelle dans ce cadre, il a la possibilité de pouvoir demander à être placé en arrêt de travail via le site declare.ameli.fr.

L’arrêt peut être déclaré de manière rétroactive (possibilité de déclarer un arrêt initié depuis le 2 mars 2020).

Belle initiative du CDO 62 :

Et du CDO National : http://www.ordremk.fr/actualites/kines/fonds-de-solidarite-telesoin-masques-les-elus-du-conseil-national-se-mobilisent/?fbclid=IwAR25MgC5KlPl_2ZQfrEYk6FjMOUqMcB6cyW1PMpR2rt9sai0GIz-mX-HpSg

Recommandations

Commandez vos masques !

Les conseils de l’ordre médicaux et paramédicaux de l’inter-région se sont mobilisés pour la création d’une application permettant la centralisation des dotations en masque des pharmacies : https://gomask.fr/

Vous trouverez, en pièce jointe, le tutoriel pour créer votre accès et utiliser cette application.
 
Pour vous inscrire, vous aurez besoin de votre numéro RPPS

Attention !!!

AGIPI - News du jour

 

La médicale - News du jour

Coronavirus : La Médicale participe au fond de solidarité mis en en place par la FFA

Publiée 25 mars 2020

Suite à la situation exceptionnelle que représente la crise sanitaire actuelle, la Fédération Française de l’Assurance (FFA) s'engage à débloquer 200 millions d’euros qui viendront alimenter le fonds de solidarité annoncé par Bruno Le Maire la semaine dernière.
 
Afin de contribuer à l’effort national et soutenir au mieux les TPE et les indépendants, La Médicale contribuera à ce fonds de solidarité national, comme l’ensemble des adhérents de la FFA.
 
Pour plus d'informations, consultez notre communiqué dédié aux mesures prises face au Coronavirus.

MACSF - News du jour

Dans le contexte évolutif de l'épidémie de coronavirus, particulièrement difficile pour l’ensemble des professionnels de santé, le groupe MACSF accompagne ses sociétaires. Garanties et prises en charge, évolution des marchés, téléconsultation, confinement, droit de retrait... Retrouvez ici toutes les infos utiles.

Informations pour nous contacter

Plus que jamais mobilisée pour répondre à vos besoins et vous aider à faire face à l'épidémie, la MACSF voit elle aussi l’organisation de ses services impactée par la mise en place des mesures gouvernementales.

Nos agences sont désormais fermées au public et les rendez-vous en face à face ne peuvent plus être assurés. Nos conseillers restent néanmoins disponibles pour toutes vos questions ou demandes lors de rendez-vous à distance (téléphone, visioconférence). 

Pour la gestion de vos contrats, nous vous recommandons d'éviter les envois par courrier et de privilégier l'utilisation de votre espace personnel ou votre appli mobile. Nos services en ligne offrent de larges possibilités pour télécharger vos attestations, déposer un document, gérer votre épargne, déclarer ou suivre vos sinistres... 

Nous contacter

Nouvelle attestation

Une nouvelle version de l'attestation de déplacement dérogatoire est disponible sur le site du ministère de l'Intérieur. Elle entre en vigueur à compter de ce mercredi 25 mars, 8 heures. Vous pouvez également télécharger le nouveau modèle d'attestation de sortie officiel directement sur cette page, au format Word ou PDF. 

Il convient désormais d'indiquer, outre la date de sortie, l'heure de début de sortie. Il s'agit d'une mention obligatoire, qui n'existait pas dans le formulaire initial, et qui traduit les annonces de durcissement des règles de confinement faites par le Premier ministre Edouard Philippe ce lundi 23 mars. Le chef du gouvernement a notamment précisé que les déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective (balade, jogging...), et aux besoins des animaux de compagnie ne doivent pas durer plus d'une heure ni s'effectuer à plus d'un kilomètre du domicile

Télécharger le document au format pdf : cliquez ici 

Assurance maladie - Message :

1. Prorogation automatique pour les patients dont l'ALD arrive à échéance

Pendant la durée de l'épidémie, et pour éviter une interruption de droits pour les patients dont l'affection longue durée (ALD) arrive à échéance, une prolongation des dates de fin des ALD actuellement non renouvelées à l'initiative du service médical de l'Assurance Maladie sera effectuée automatiquement.

2. Indemnités journalières pour les professions libérales de santé

L'Assurance Maladie prend également désormais en charge, de manière dérogatoire et sans délai de carence, des indemnités journalières pour l'ensemble des professions libérales médicales/paramédicales qui sont amenées à interrompre leur activité professionnelle parce qu'elles sont atteintes par le coronavirus ou contraintes de rester à leur domicile.

Le site « declare.ameli.fr » sera adapté dès demain pour permettre aux professionnels de santé d'utiliser cet outil de demande d'arrêt de travail soit quand leur état de santé justifie qu'ils soient préventivement confinés à leur domicile, soit quand ils doivent garder leur enfant.

Il ne sera donc plus nécessaire d'appeler la plateforme téléphonique (09 72 72 21 12)  pour pouvoir formuler une demande d'indemnisation d'arrêt de travail dans ce cadre. Les professionnels de santé symptomatiques ou malades du COVID-19 devront être arrêtés, comme le reste de la population, sur prescription d'un arrêt de travail par un médecin.

Un EHPAD abandonné en Espagne ?

http://monehpad.com/actualites/un-ehpad-en-espagne-abandonne

Dépistage coronavirus en ligne

Vous pensez avoir été exposé au Coronavirus COVID-19 et avez des symptômes ?

https://maladiecoronavirus.fr/se-tester

 

UNAPL - Communiqué

 

L’UNAPL s’était élevée contre la rédaction initiale des projets de textes d’application qui écartaient les professions libérales des mesures de soutien accordées aux acteurs économiques et notamment aux autres catégories d’indépendants.

La mobilisation de l’UNAPL, amplifiée par ses organisations membres, et soutenue par l’U2P, a produit ses effets : le décret de mise en œuvre du fonds de solidarité inclut désormais bien les professions libérales. Le Gouvernement a entendu et compris les attentes des professionnels libéraux.

Concernant l’indemnisation pour les arrêts partiels d’activité, le dossier est en bonne voie afin de permettre que ce dispositif bénéficie aux professionnels libéraux employeurs dont l’activité est pénalisée par la crise sanitaire.

Enfin, l’UNAPL, reste mobilisée sur le sujet des indemnités pour garde d’enfant par un parent professionnel libéral, qui n’est toujours pas résolu. L’UNAPL presse le Gouvernement et la Direction de la sécurité sociale d’agir rapidement sur ce point. De nombreux professionnels à faibles revenus ne travaillent plus depuis plus d’une semaine pour garder leurs enfants et leur situation ne sera bientôt plus tenable !

Michel Picon, Président de l’UNAPL : « Le Gouvernement nous a entendus. Les professions libérales pourront bien bénéficier du fonds de solidarité et le sujet des arrêts partiels est en voie d’être réglé. Mais nous attendons encore des réponses sur les indemnités pour garde d’enfant. Les professionnels libéraux doivent avoir les mêmes aides que tous les autres acteurs économiques. C’est une question d’équité et c’est vital pour la survie de leurs entreprises ! »

http://www.unapl.fr/espace-presse/communiques/covid-19-mesures-urgence-unapl-entendue

MACSF

Prévoyance et perte d'exploitation

Confinement

Cette info m'intéresse si :

  • Je suis professionnel de santé libéral
  • J’ai dû interrompre mon activité professionnelle à la suite du confinement décidé par le gouvernement
  • Je suis détenteur d’un plan de prévoyance, d’une garantie perte d’exploitation après maladie ou d’un contrat d’assurance multirisque professionnelle comportant une garantie « perte d’exploitation »

Nombre d’entre vous s’interrogent sur la prise en charge de l’arrêt de leur activité suite au confinement décidé par le gouvernement.

Notre plan de prévoyance et notre contrat perte d’exploitation après maladie couvrent les revenus et frais professionnels en cas d’accident ou de maladie. Par conséquent ces contrats interviennent si vous avez contracté le coronavirus ou si vous avez été mis en isolement, mais en revanche ne couvrent pas les conséquences liées aux mesures de restriction, que ce soit les fermetures de cabinet, les annulations des rendez-vous de patients ou l’interdiction d’accès aux établissements dans lesquels vous intervenez. 

Notre garantie perte d’exploitation des cabinets professionnels couvre les conséquences d’un événement touchant matériellement le cabinet (incendie, dégâts des eaux, inondation…). Cette garantie ne peut être mise en jeu au titre de la fermeture des locaux dans le cadre de l’épidémie.

Vous le comprenez, la mise en confinement nationale consécutive à une pandémie n’entre pas dans le champ des événements couverts. Nous ne pouvons donc pas intervenir au titre de votre contrat. 

Un contrat d’assurance ne peut intervenir sans aléa. L’interdiction d’exercer est une décision administrative qui sort du champ de couverture de l’assurance car elle perd le caractère aléatoire. Ce type d'intervention, à l’intensité incontrôlable, est par ailleurs impossible à réassurer. Aucun assureur ne pourrait en assumer la charge. Intervenir à titre dérogatoire pour les indépendants, sur la base de 45 jours de confinement, représenterait un effort de 10 milliards d’euros pour les assureurs.

C’est pour cette raison que le Président de la République a annoncé lundi une prise en charge au titre de la solidarité nationale. Au regard des sommes en jeu, cela est effectivement indispensable pour les assurés et les assureurs.

Infection au COVID-19

Cette info m'intéresse si :

  • Je suis professionnel de santé libéral
  • J’ai dû interrompre mon activité professionnelle
  • Je suis en arrêt de travail pour maladie ou hospitalisation en lien avec le COVID-19
  • Je suis détenteur d’un plan de prévoyance

A titre exceptionnel et à réception de l’arrêt de travail, la MACSF couvre les indemnités journalières pendant les trois jours de carence selon les montants prévus par l’Assurance maladie, quelle que soit la franchise prévue au contrat.

Exemple 1

Vous êtes en arrêt de travail pour 10 jours et votre contrat prévoit une franchise de 14 jours

La MACSF prend en charge 3 jours d’indemnités journalières (selon les montants prévus par l'Assurance Maladie)

Exemple 2

Vous êtes en arrêt de travail pour 20 jours et votre contrat prévoit une franchise de 14 jours

La MACSF prend en charge 3 jours d'indemnités journalières (selon les montants prévus par l'Assurance Maladie) et les indemnités du 15e au 20e jour (ou du 5e au 20e jour en cas d'hospitalisation) 

 

Mes démarches pour être couvert/pris en charge :

  • Remplir le formulaire de déclaration d’arrêt de travail (dans mon espace personnel – mes documents – mes formulaires)
  • L’adresser avec les documents demandés ainsi que le volet 1 de l’arrêt de travail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

La médicale

INFORMATIONS POUR CONTACTER VOTRE AGENCE

Chers clients, malgré les moments difficiles que nous traversons, nous restons mobilisés à vos côtés.

Au vu des situations sanitaires exceptionnelles, des mesures gouvernementales qui en découlent, et pour la protection de nos salariés, nous sommes dans l’obligation d’adapter notre organisation.

Nos agences sont désormais fermées au public et les rendez-vous en présentiel ne peuvent plus être assurés.

Si nos Agents restent disponibles pour toutes vos questions, demandes et sinistres par e-mail et par téléphone, nous vous recommandons fortement de privilégier les e-mails en indiquant les coordonnées téléphoniques sur lesquelles vous serez joignable. 

 

Dans le cadre de l’épidémie de coronavirus, l’Assurance maladie a annoncé sur son site la prise en charge à titre dérogatoire des indemnités journalières des professionnels de santé libéraux en cas d’interruption d’activité à partir du 1er février 2020.

 

Trois cas peuvent se présenter :

  • Le professionnel de santé libéral est atteint par le Coronavirus : l’Assurance maladie prend en charge la durée de l’arrêt de travail après un délai de carence de 3 jours
  • Le professionnel de santé doit respecter une période d’isolement : prise en charge de la durée de l’arrêt par l’Assurance maladie sans délai de carence
  • Le professionnel de santé libéral doit rester à domicile pour assurer la garde de son enfant concerné par une période d’isolement : prise en charge de la durée de l’arrêt par l’Assurance maladie sans délai de carence

Un conseiller du service médical est à votre disposition au 0811 707 133. Retrouvez toutes ces informations sous ce lien : https://www.ameli.fr/medecin/actualites/professionnels-de-sante-liberaux-exposes-au-coronavirus-prise-en-charge-des-ij

 

Nous saluons cette initiative et réaffirmons que le règlement des indemnités forfaitaires des contrats de prévoyance sera assuré conformément aux conditions particulières en cas de maladie avérée.

 

A titre dérogatoire, nous créons un fonds de solidarité pour indemniser également la période de confinement pour les professionnels de santé libéraux qui ont été en contact rapproché avec une personne diagnostiquée positive au coronavirus, sur présentation d’un arrêt de travail. Le versement des indemnités journalières se fera conformément au contrat, après expiration de la franchise maladie.

 

Nous rappelons en outre qu’en cas d’hospitalisation en lien avec cette affection, la prise en charge est assurée dès le premier jour d’hospitalisation sous réserve des dispositions contractuelles.

 

Le Directeur Général de la Santé invite l’ensemble des professionnels de santé à s’inscrire à la liste de diffusion du site DGS-urgent pour avoir des informations régulières sur le Covid-19.

 

Votre agent général se tient à votre disposition pour toutes questions relatives à vos contrats d’assurance.

FOIRE AUX QUESTIONS

Je suis en isolement car j'ai été en contact avec une personne diagnostiquée positive au coronavirus :

Vous êtes pris en charge par l'Assurance maladie sans aucun délai de carence. A titre dérogatoire grâce à la création d'un fonds de solidarité, votre contrat de prévoyance La Médicale s'applique conformément aux garanties souscrites (indemnités forfaitaires et franchise) et à la présentation d'un arrêt de travail.

Contrairement à la concurrence, nous acceptons tous les arrêts de travail prescrivant un isolement, quelle que soit la date d'établissement de l'arrêt de travail et la qualité du médecin prescripteur. En outre, votre indemnisation peut aller au-delà du 20ème jour d'isolement, dès lors que votre arrêt de travail est maintenu.

 

Je dois rester à domicile car l'école de mes enfants est fermée :

Vous êtes pris en charge par l'Assurance maladie sans aucun délai de carence. Votre contrat de Prévoyance s'applique uniquement en cas de maladie avérée.

 

Suite au confinement national, ma perte d'exploitation sera-t-elle couverte ?

En l'absence de dommages directs aux biens, la garantie "perte d'exploitation" ne peut intervenir.

A ce jour, les principaux acteurs de l'assurance ne prévoient pas ce type d'indemnisation.

 

Je suis hospitalisé car j'ai été diagnostiqué comme porteur du Covid-19 :

Votre prise en charge est assurée dès le premier jour d'hospitalisation sous réserve des dispositions contractuelles. 


Vous mettez vos compétences au service des autres dans ce contexte sanitaire exceptionnel, en tant que libéral, hospitalier, salarié ou retraité ? La Médicale vous assure en étendant les garanties de votre contrat RCP au-delà de votre domaine de compétences et au-delà de l’exercice pour lequel vous êtes assuré :

  • Notre garantie RCP vous est acquise que vous vous mettiez bénévolement au service d’une structure de soins ou que vous soyez réquisitionné. Vous êtes couverts pour tous les actes que vous pratiquez (même en dehors de votre sphère de compétences habituelles), à titre exceptionnel, en cette période d'épidémie de Covid-19.
  • Notre garantie RCP est acquise à tous nos assurés (y compris les internes et les docteurs juniors) qui pratiquent les actes de télémédecine, dans leur sphère de compétences et dans le cadre des dispositions du code de la santé publique.
  • Vous êtes en fin d’internat et vous avez été nommé « docteur junior » : Votre Carte Médicale plus vous couvre aussi sous ce statut.
  • Pour nos clients retraités assurés en RCP, notre garantie est également étendue aux consultations qu'ils pourraient être amenés à effectuer dans ce contexte.

https://www.lamedicale.fr/actu-pt-communique-coronavirus-1858.aspx

Indemnisation

Précisions : Indemnités journalières : Pour les PS présentants une fragilité au regard du Covid 19, vous pouvez réaliser une auto déclaration d'arrêt de travail pour confinement et vous pourrez bénéficier des IJ.

Car ce n’est valable que pour les ALD comme précisé sur Améli,

Précisions : Il est écrit précisément qu'il faut avoir eu un CA et non un bénéfice de max 61 000 en 2019

Message de François, Kiné à Strasbourg

"Je suis en Alsace à 15km de Strasbourg, cabinet libéral fermé mais activité en SSR toujours possible avec gel + masque....et les cas douteux...on ne fait pas.Les autres domiciles sont possibles même conditions .Aucune prise de risque"

N'hésitez pas à nous envoyer un message : http://www.kine-web.com/kine-coronavirus-a-vous-de-temoigner

Twitter

Pour se faire entendre .... on Retweet : https://twitter.com/KineWeb/status/1240301116669267970

Les différentes aides financières - Source FFMKR 

• Indemnités journalières : Pour les PS présentants une fragilité au regard du Covid 19, vous pouvez réaliser une auto déclaration d'arrêt de travail pour confinement et vous pourrez bénéficier des IJ.

Nouveau numéro gratuit plateforme téléphonique Ameli : 09 72 72 21 12

URSSAF des professionnels de santé : Stopper les prélèvements de cotisations sociales :
Par internet, se connecter à l’espace personnel en ligne sur urssaf.fr et adresser un message via la messagerie « NOUVEAU MESSAGE formalité déclarative - je déclare une situation exceptionnelle ».

Appel gratuit réservé aux praticiens et auxiliaires médicaux : 0806 804 209

La CARPIMKO suspend vos prélèvements d'avril et mai sans aucune démarche de votre part. Ils seront reportés en novembre et décembre. Une mise en place du fond d'action sociale est prévue pour les consœurs et confrères en situation délicate.

Etant donné l’affluence téléphonique et le personnel en télétravail à la CARPIMKO, nous vous conseillons de les contacter uniquement via votre Espace personnel.

Garde d’enfants des personnels prioritaires
Une aide de 72€/jour pendant 14 jours : https://mon-enfant.fr/web/guest/recensement-covid-19

Plus d'informations sur : https://www.ffmkr.org/actualites/nos-actualites/20-mars-2020-recapitulatif-des-aides-accordees?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=Flash%20info%20837

 

CNOMK - Précisions :

Fermeture de cabinets, interdiction d’accès aux Ehpad, limitation des soins à domicile : de nombreux kinésithérapeutes libéraux subissent d’importantes baisses de revenus.

Si la situation et les mesures évoluent rapidement, nous faisons le point sur les dispositifs actuels auxquels vous pouvez faire appel pour faire face à cette période difficile. Cet article est évolutif et sera complété régulièrement.

 

  1.     Les indemnités journalières prises en charge par l’Assurance maladie

Dans le cadre de l’épidémie de coronavirus, l’Assurance maladie prend en charge, de manière dérogatoire, les indemnités journalières pour l’ensemble des professionnels de santé libéraux s’ils sont amenés à interrompre leur activité professionnelle, selon des modalités alignées sur celles appliquées aux salariés et travailleurs indépendants.

Ces indemnités sont de 72 euros par jour.

Prise en charge des indemnités journalières en cas d’interruption d’activité selon les 3 situations
3 SITUATIONS MODALITÉS DE PRISE EN CHARGE
Professionnels de santé libéraux bénéficiant d’un arrêt de travail parce qu’ils sont atteints par le coronavirus. Prise en charge des IJ pendant la durée de l’arrêt de travail avec application d’un délai de carence de 3 jours
Professionnels de santé libéraux devant respecter une période d’isolement (ayant été en contact rapproché avec une personne diagnostiquée positive en coronavirus) Prise en charge des IJ sans application d’un délai de carence
Professionnels de santé libéraux devant rester à domicile pour garder leur enfant concerné par une période d’isolement (cas des enfants scolarisés dans un établissement fermé ou des enfants domiciliés dans une zone identifiée comme zone de propagation du virus mais scolarisés en dehors) Prise en charge des IJ sans application d’un délai de carence

Ces mesures concernent toutes les interruptions d’activité liées à ces 3 situations à partir du 1er février 2020. Les indemnités seront versées pour la durée de l’arrêt.

Un numéro d’appel unique est mis à la disposition des professionnels de santé libéraux concernés par une de ces 3 situations : 0811 707 133, valable sur l’ensemble du territoire.

Nous avons alerté la caisse nationale d’assurance maladie sur les difficultés pour joindre ce numéro, qui nous a répondu : « La saturation de la plateforme nous a en effet été remontée. Dans le cadre de l’épidémie de Covid-19, les CPAM s’organisent pour poursuivre leurs activités avec des équipes potentiellement réduites, en priorisant sur leurs activités essentielles pour les assurés et les professionnels de santé. Ainsi, des actions – notamment techniques – ont été lancées afin que les services médicaux des caisses primaires soient en capacité de prendre plus d’appel  et ainsi réduire les temps d’attente. Nous sommes en train de regarder ce qu’il est possible de faire pour remplacer ce numéro payant par un gratuit. »

 

  1.     La prévoyance et les assurances

Vérifiez vos contrats et rapprochez-vous de vos prestataires. Visitez leurs sites internet, nombre d’entre eux annoncent des mesures spéciales.

 

  1.     Pour vos salariés : l’activité partielle

Le dispositif d’activité partielle peut être sollicité par les entreprises dans le cadre de circonstances à caractère exceptionnel (article R. 5122-1 du code du travail). Les salariés qui, tout en restant liés à leur employeur par un contrat de travail, subissent une perte de salaire imputable soit à la fermeture temporaire de l’établissement (ou d’une partie de l’établissement), soit à la réduction de l’horaire de travail habituellement pratiqué dans l’établissement en deçà de la durée légale du travail, bénéficient dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat, d’une allocation spécifique qui est à la charge de l’État.

Plus d’information sur le site du Ministère du Travail (point 28).

 

  1.     Les reports de charges

Vous pouvez vous rapprocher des organismes pour solliciter des reports de charges :

Le décalage des remboursements de prêts bancaires : les masseurs-kinésithérapeutes connaissant des difficultés financières doivent contacter dès que possible leur établissement bancaire. En cas de difficulté ou de refus de l’établissement bancaire, ils peuvent solliciter la médiation du crédit et/ou le correspondant TPE de la Banque de France (courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; Tel : 0 800 08 32 08).

La suspension des factures d’eau, de gaz ou d’électricité ainsi que les loyers a été évoquée par le Président de la République le 16 mars. Plus d’informations à venir.

L’URSSAF : l’échéance mensuelle du 20 mars ne sera pas prélevée, le montant de cette échéance sera lissé sur les échéances à venir (avril à décembre). En complément de cette mesure, vous pouvez solliciter :

  • l’octroi de délais de paiement, y compris par anticipation. Il n’y aura ni majoration de retard ni pénalité ;
  • un ajustement de votre échéancier de cotisations pour tenir compte d’ores et déjà d’une baisse de revenu, en réestimant le revenu sans attendre la déclaration annuelle ;
  • l’intervention de l’action sociale pour la prise en charge partielle ou totale des cotisations ou pour l’attribution d’une aide financière exceptionnelle.

Connectez-vous à votre espace en ligne sur www.urssaf.fr et adressez un message via la rubrique « Une formalité déclarative » > « Déclarer une situation exceptionnelle ». Il est également possible de joindre votre Urssaf par téléphone au 3957 (0,12€ / min + prix appel) ou au 0 806 804 209 (service gratuit + prix appel) pour les praticiens et auxiliaires médicaux.

Les impôts : vous pouvez gérer vos prélèvements à la source en actualisant le revenu prévisionnel retenu pour l’année 2020. Pour ce faire, rendez vous sur votre espace particulier du site de l’administration fiscale.

Les entreprises en difficulté pour le paiement de leurs impositions à la suite du du Coronavirus – Covid 19 peuvent demander à bénéficier d’un délai de paiement ou d’une remise d’impôt direct, notamment pour l’échéance d’acompte d’IS du 16 mars.

Pour faciliter leur démarche, la DGFiP met à disposition des entreprises un modèle de demande à adresser à leur service des impôts des entreprises.

La Carpimko : vous propose de solliciter un délai en passant par son site internet : « Espace Personnel », rubrique « paiement de vos cotisations », « demander un délai de paiement » afin d’étudier une solution d’accompagnement adaptée.

 

  1.     Les autres dispositifs

La BPI a mis en place des mesures d’urgence pour faire face aux conséquences économiques de l’épidémie, dont la garantie de prêts bancaires et de découverts.

Le numéro vert (0 969 370 240) et le site internet www.bpifrance.fr permettent aux dirigeants d’entreprise d’être informés et pris en charge par les directions régionales de Bpifrance.

http://www.ordremk.fr/actualites/kines/kinesitherapeutes-liberaux-vous-subissez-une-perte-de-revenus-quelles-sont-vos-possibilites/?fbclid=IwAR3M_-1PoZJ0DlIoJRtVybi2aT1xA8b0UBykfj8feluuNYz8dOTkaxoSfqo

Indemnisation

Alors que les différentes assurances se réunissent actuellement pour trouver un consensus (FFA), on devrait avoir des informations très prochainement (demain ?)

La FFMKR publie une information utile : 

Vous êtes kinésithérapeute libéral, vous avez un/des salarié(s) et votre activité tourne au ralenti voire a dû s'arrêter, voici les mesures qui vous concernent

Compte tenu des circonstances exceptionnelles liées à l’épidémie de coronavirus, le gouvernement a aménagé le dispositif d’activité partielle de manière rétroactive. Les nouvelles modalités concernent toutes les demandes d’indemnisation adressées par les employeurs au titre des heures chômées à compter du 1er mars 2020.

Les heures indemnisées sont uniquement les heures "chômées" sous la durée légale, dans la limite d’un contingent de 1000 heures par an par salarié. Il appartient à l’employeur de verser l’indemnisation au salarié à la date normale de paie. L'indemnité d'activité partielle versée au salarié est exonérée des cotisations salariales et patronales de sécurité sociale.

L’allocation d’activité partielle versée par l’Etat à l’entreprise, quel que soit son effectif, est proportionnelle aux revenus des salariés placés en activité partielle, dans la limite de 4,5 SMIC : l’allocation couvre 70% de la rémunération brute avec un minimum de 8,03 € par heure et un maximum de 4,5 x smic horaire (soit 4,5 x 10,15 brut soit 45,67).

Les modalités de remboursement permettent de couvrir les dépenses de l’employeur à hauteur de 100% pour les rémunérations inférieures à 4,5 SMIC. Dans le cadre des difficultés liées à l’épidémie du coronavirus, l’employeur dispose d’un délai de 30 jours pour déposer sa demande d’activité partielle auprès de la Direccte* de son département via le site internet dédié (portail https://activitepartielle.emploi.gouv.fr ), pour l’ensemble des heures d’activité partielle envisagées.

Le délai d’instruction du dossier et l’autorisation administrative du recours à l’activité partielle, a été réduit à 48 heures. L’absence de réponse de l’administration à la demande d’activité partielle dans un délai de 2 jours (au lieu de 15) vaut décision d’accord implicite. L’autorisation d'activité partielle peut être accordée pour une durée maximum de 12 mois, au lieu de 6 mois.

► Télécharger "Activité partielle et Coronavirus : Notice technique"

Source : https://www.ffmkr.org/zoom-sur/vous-etes-kinesitherapeute-liberal-vous-avez-un-des-salarie-s-et-votre-activite-tourne-au-ralenti-voire-a-du-s-arreter-voici-les-mesures-qui-vous-concernent

Message du CNOMK

Réserve sanitaire pour les kinés

"Message d'une membre de la réserve sanitaire :
Bonjour à tous !
Nous venons d'avoir au téléphone la personne responsable et présidente de la Réserve Sanitaire, Mme Catherine LEMORTON (pharmacienne).
Tout d'abord, elle tient vraiment A VOUS REMERCIER et à REMERCIER LES KINES, ainsi que toutes les personnes qui ont participé et se sont inscrites quelle que soit leur profession. Elle m'a annoncé que nous sommes, et de loin, la profession qui s'est le plus mobilisée pour proposer son aide ! Donc bravo et merci encore une fois à tous
En effet, pour une capacité normale de 250 personnes sur le site internet, ils ont constaté plus de 17 000 tentatives de connexion hier, ce qui malheureusement a fait complètement EXPLOSER la plateforme. De même, ils ont reçu plus de 1500 appels pour seulement 20 lignes sur place, donc ils sont complètement dépassés.
Pour les kinés, le message est clair :
"Nous aurons peut-être bientôt besoin de vous en 2e ligne, et ce pour des tâches certainement DIFFERENTES DE LA REEDUCATION, comme par exemple un renfort administratif (plateformes téléphoniques et messageries pour rassurer les gens, coordination médicale, accueil et enregistrement des dossiers...). Cependant, dans l'instant LAISSONS D'ABORD S'INSCRIRE LES PLUS URGENTS !!!"
URGENCES = Réanimateurs, médecins urgentistes, infirmières(iers) (urgentistes, chirurgicaux ou dans les servcies d'hospitalisation conventionnelle) et AS...
Mme Lemorton m'a demandé de passer le message au plus de rééducateurs possible, et je compte sur vous pour le relayer également : Il faut absolument que nous leur laissions un peu de répit, soit 10 à 15 jours en LIMITANT NOS TENTATIVES D'INSCRIPTION ET DE CONNEXIONS sur leur site, le temps qu'ils puissent rétablir la situation, et surtout inscrire en priorité le personnel médical et urgentiste.
Les étudiants quant à eux seront contactés en 3e recours, si le personnel de rééducation diplômé vient à manquer.
Enfin, Mme Lemorton m'a confirmé que toutes les personnes disposant d'un MATRICULE sont officiellement déjà INSCRITES et peuvent être mobilisées par la réserve sanitaire. Les dossiers et pièces administratives pourront être complétés par la suite sans soucis, surtout en cas d'une crise telle que nous la vivons actuellement.

CONCLUSION :
🔵 MERCI A TOUS pour votre engouement
🔵 ATTENDEZ MINIMUM UNE PETITE SEMAINE, tous les services sont saturés et nous ne sommes en tant que kinés pas prioritaires pour les soins d'urgence. Evitons de saturer le site en attendant. Ils savent nous trouver, et sont au courant de notre volonté d'aider ; diplômés préférablement dans un second temps, étudiants ensuite si besoin effectif
🔵 MATRICULE = INSCRIPTION validée même sans documents
Partagez un maximum le message, SOYONS PATIENTS !!
N.B. : Vous pouvez d'ores et déjà vous rapprocher de vos instances régionales et des CHU près de chez vous, si vous disposez d'un contact local.

Indemnité de la réduction d'activité - Message de la FFMKR

Le ministre de l’économie, M. Bruno Lemaire, devrait confirmer prochainement les engagements pris, lundi 16 mars dernier, devant les professions libérales qui subissent une réduction d’activité supérieure à 70% de leur chiffre d’affaire mensuel.

Cette indemnité mensuelle de 1500 euros viendra compenser la diminution d’activité pour les kinésithérapeutes due aux différentes mesures mises en place afin de pallier la propagation du virus Covid-19 qui affecte actuellement notre pays.

Les kinésithérapeutes peuvent poursuivre une activité minimale, pour les soins urgents, en contribuant notamment à la prise en charge de patients dont l’hospitalisation peut se poursuivre à domicile, permettant ainsi de soulager les hôpitaux saturés, libérant des lits plus utiles aux personnes infectées par le Covid-19.

https://www.ffmkr.org/actualites/nos-actualites/18-mars-2020-indemnisation-de-la-reduction-d-activite-des-kinesitherapeutes

Prise en charge Indemnité Journalière :

indemnités journalières et garde d'enfants : 0811707133

Les assurés (y compris les travailleurs indépendants) contraints de garder leurs enfants à domicile peuvent bénéficier d'une prise en charge exceptionnelle d'indemnités journalières par l'Assurance Maladie sous certaines conditions :

- l'enfant est âgé de moins de 16 ans révolus au jour du début de l'arrêt,

- l'enfant est scolarisé dans un établissement fermé ou est domicilié dans une commune concernée par le confinement des enfants à domicile (listes des communes sur les sites internet des rectorats),

- Il est possible de reprendre le travail avant la fin du délai de 14 jours et/ou de partager l'arrêt de travail entre les deux parents. (En cas de reprise anticipée, un signalement doit être fait via le site declare.ameli.fr)

- la cessation de l'activité professionnelle doit être la seule solution possible : impossibilité de mise en place du télétravail

Si vous êtes concernée en tant que travailleur indépendant, vous devez déclarer vous-même l'arrêt sur le téléservice declare.ameli.fr.

Le formulaire est le même pour salariés et indépendants mais vous pouvez renseigner votre numéro de siret à la place du numéro employeur et vous inscrire dans la liste des employés.

A noter que seul un des deux parents peut bénéficier d'un arrêt dans ce contexte.

 

Communiqué la médicale :

 

Mise à jour au 17 mars 2020

INFORMATIONS POUR CONTACTER VOTRE AGENCE

Chers clients, malgré les moments difficiles que nous traversons, nous restons mobilisés à vos côtés.

Au vu des situations sanitaires exceptionnelles, des mesures gouvernementales qui en découlent, et pour la protection de nos salariés, nous sommes dans l’obligation d’adapter notre organisation.

Nos agences sont désormais fermées au public et les rendez-vous en présentiel ne peuvent plus être assurés.

Si nos Agents restent disponibles pour toutes vos questions, demandes et sinistres par e-mail et par téléphone, nous vous recommandons fortement de privilégier les e-mails en indiquant les coordonnées téléphoniques sur lesquelles vous serez joignable.</strong></div>

</div>

 

Dans le cadre de l’épidémie de coronavirus, l’Assurance maladie a annoncé sur son site la prise en charge à titre dérogatoire des indemnités journalières des professionnels de santé libéraux en cas d’interruption d’activité à partir du 1er février 2020.

 

Trois cas peuvent se présenter :

  • Le professionnel de santé libéral est atteint par le Coronavirus : l’Assurance maladie prend en charge la durée de l’arrêt de travail après un délai de carence de 3 jours
  • Le professionnel de santé doit respecter une période d’isolement : prise en charge de la durée de l’arrêt par l’Assurance maladie sans délai de carence
  • Le professionnel de santé libéral doit rester à domicile pour assurer la garde de son enfant concerné par une période d’isolement : prise en charge de la durée de l’arrêt par l’Assurance maladie sans délai de carence

Un conseiller du service médical est à votre disposition au 0811 707 133. Retrouvez toutes ces informations sous ce lien : https://www.ameli.fr/medecin/actualites/professionnels-de-sante-liberaux-exposes-au-coronavirus-prise-en-charge-des-ij

 

Nous saluons cette initiative et réaffirmons que le règlement des indemnités forfaitaires des contrats de prévoyance sera assuré conformément aux conditions particulières en cas de maladie avérée.

 

A titre dérogatoire, nous créons un fonds de solidarité pour indemniser également la période de confinement pour les professionnels de santé libéraux qui ont été en contact rapproché avec une personne diagnostiquée positive au coronavirus, sur présentation d’un arrêt de travail. Le versement des indemnités journalières se fera conformément au contrat, après expiration de la franchise maladie.

 

Nous rappelons en outre qu’en cas d’hospitalisation en lien avec cette affection, la prise en charge est assurée dès le premier jour d’hospitalisation sous réserve des dispositions contractuelles.

 

De plus, compte-tenu du contexte, des mesures dérogatoires ont été prises ces derniers jours par le gouvernement pour favoriser la prise en charge des actes de télémédecine. Ainsi, nous confirmons que notre garantie RCP est acquise aux assurés qui pratiquent ces actes, dans leur sphère de compétence et dans le cadre des dispositions des articles L 6316-1 et R 6316-1 et suivants du code de la santé publique.

 

Pour nos clients retraités assurés en RCP, notre garantie sera également étendue aux consultations qu’ils pourraient être amenés à effectuer en cas de sollicitation par le SAMU, l’ARS, …

 

Le Directeur Général de la Santé invite l’ensemble des professionnels de santé à s’inscrire à la liste de diffusion du site DGS-urgent pour avoir des informations régulières sur le Covid-19.

 

Votre agent général se tient à votre disposition pour toutes questions relatives à vos contrats d’assurance.

FOIRE AUX QUESTIONS

Je suis en isolement car j'ai été en contact avec une personne diagnostiquée positive au coronavirus :

Vous êtes pris en charge par l'Assurance maladie sans aucun délai de carence. A titre dérogatoire grâce à la création d'un fonds de solidarité, votre contrat de prévoyance La Médicale s'applique conformément aux garanties souscrites (indemnités forfaitaires et franchise) et à la présentation d'un arrêt de travail.

Contrairement à la concurrence, nous acceptons tous les arrêts de travail prescrivant un isolement, quelle que soit la date d'établissement de l'arrêt de travail et la qualité du médecin prescripteur. En outre, votre indemnisation peut aller au-delà du 20ème jour d'isolement, dès lors que votre arrêt de travail est maintenu.

 

Je dois rester à domicile car l'école de mes enfants est fermée :

Vous êtes pris en charge par l'Assurance maladie sans aucun délai de carence. Votre contrat de Prévoyance s'applique uniquement en cas de maladie avérée.

 

Suite au confinement national, ma perte d'exploitation sera-t-elle couverte ?

En l'absence de dommages directs aux biens, la garantie "perte d'exploitation" ne peut intervenir.

A ce jour, les principaux acteurs de l'assurance ne prévoient pas ce type d'indemnisation.

 

Je suis hospitalisé car j'ai été diagnostiqué comme porteur du Covid-19 :

Votre prise en charge est assurée dès le premier jour d'hospitalisation sous réserve des dispositions contractuelles.

 

Attestation pour se déplacer

Si vous sortez, prenez vos précautions ! A partir de midi, aujourd’hui, toutes les personnes qui circuleront en France - y compris les piétons - devront être en mesure de justifier leur déplacement. « Chacun devra porter une attestation pour justifier sur l’honneur le motif de son déplacement », a expliqué hier soir le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Accessible ici 


MAJ : Pour se faire indemniser par la CPAM

Un numéro d’appel unique est mis à la disposition des professionnels de santé libéraux concernés par une de ces 3 situations : 0811 707 133, valable sur l’ensemble du territoire.

Pour information : "Il faut simplement donner son numéro de sécurité sociale et sont métier. Puis l'interlocuteur vérifie l'identité (nom prénom adresse + numéro adeli). Et pour fini, on te demande l’âge des enfants."

Un téléconseiller du service médical de l’Assurance Maladie vérifiera avec le professionnel de santé la situation de prise en charge, la durée de l’interruption d’activité et les conditions de prise en charge.

Le téléconseiller se mettra ensuite directement en lien avec la caisse primaire de rattachement du professionnel qui pourra déclencher le versement des indemnités journalières.

Ce numéro de téléphone est exclusivement réservé au traitement des situations individuelles des professionnels de santé concernés par un arrêt de travail. Il est demandé, pour éviter tout encombrement de la ligne, de ne pas l’utiliser pour d’autres questions, qu’elles soient d’ordre administratif ou médical.

 

Cotisations CARPIMKO et URSSAF 

Les prélèvements du mois d’avril et de mai de la CARPIMKO n'auront pas lieu. Concernant l'URSSAF, celui du mois de mars non plus. Il faudra attendre encore un peu pour y voir plus clair.

 

Une pétition circule .... et des lettres types .

Annulation des charges et taxes pour les indépendant durant la pandémie : Cliquez ici >>>

Lettre type :

L’image contient peut-être : texteL’image contient peut-être : texte

Bonjour à tous, kine-web.com se mobilise une nouvelle fois aujourd'hui pour vous tenir informé de la situation : fermeture des cabinets, prévoyance, indemnisation .... toutes les informations aujourd'hui.


Informations du dimanche 15 mars 2020 :

 

La situation pour les kinés, on fait le point (document de LABAT / BERCY) :

Nouveau message ce dimanche à 16h00 du CNOMK

La MACSF, une possibilité en cas d'arrêt d'activité ? Réponse lundi ...

Arrêté du 14 mars 2020 :

 

Pour les préscriptions :

Les Pharmaciens peuvent désormais renouveler les ordonnances dont le renouvellement est arrivé à terme afin d'éviter un engorgement inutile des cabinets médicaux dans cette période de crise. Mesure valable jusqu'à fin mai minimum. 

A partir de lundi concernant les masques pour les kinés :

Pour informations, recommandations de la FFMKR, concernant la prise en charge des patients :

 

 

Message d'un courtier en assurance au vendredi 13 mars 2020 à 18h00, lundi il y aura d'autres informations :

Message de la présidente du Conseil national de l'ordre des masseurs-kinésithérapeutes ce dimanche matin : 

Législation et ouverture de cabinet ... malgré tout : 

TOUS les lieux accueillants du public, autres que ceux listés par le Gouvernement, devront rester fermés à partir de ce soir minuit.

✖️ Cela inclut les bars, restaurants, cinémas mais pas que.

🔺 Salles de sport, hôtels, locaux de professionnels libéraux, agences immobilières sont aussi concernés.

⛔️ Ne pas respecter cette interdiction vous expose à des poursuites pénales (au moins une amende mais les sanctions vont être précisées dans les heures à venir).

📛 Surtout, en cas de maladie développée par une personne ayant fréquenté, malgré cette interdiction, le lieu dont vous avez la gestion, vous expose à des poursuites pénales graves voire dans les cas les plus graves, pour homicide involontaire.


Informations du samedi 14 mars 2020 :

 

La France passe en stade 3 : 

Édouard Philippe a annoncé ce samedi 14 mars la fermeture dès minuit et “jusqu’à nouvel ordre” de tous les “lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays”, appelant les Français à “plus de discipline” face à la pandémie de coronavirus.

Restaurants, bars, discothèques, cinémas sont appelés à fermer leurs portes. Les commerces sont aussi touchés, à l’exception des magasins alimentaires, pharmacies, banques, bureaux de tabac ou encore stations essence, a précisé le Premier ministre.

La question est : est-ce que l'on peut considérer les cabinets de kiné comme indispensables ?

Pour la Prevoyance (email de l'UNIM):

Cher Adhérent, Chère Adhérente,


La France est frappée par l’épidémie de coronavirus sur l’ensemble de son territoire.
Plus que jamais, les professionnels de santé sont engagés pour apporter les soins nécessaires à la population et sont, de fait, tout particulièrement exposés au coronavirus et aux mesures d’isolement.
Dans ces circonstances particulières, le conseil d’administration de l’Unim a sollicité son partenaire Allianz afin de mettre en place une mesure exceptionnelle, pour vous accompagner au mieux.

Ainsi, il a été décidé d’accorder une prise en charge dès le 1er jour d’arrêt de travail, à tout professionnel de santé faisant l’objet d’une mesure d’isolement, lorsqu’il est adhérent à un contrat UNIM de prévoyance individuelle comportant une garantie « incapacité de travail et invalidité » ayant pris effet avant le 01/03/2020 et en vigueur au moment de l’arrêt.
Cette prise en charge exceptionnelle correspond au versement de la moitié de l’indemnité journalière forfaitaire retenue dans le cadre de son adhésion en vigueur, pour une durée maximale de 20 jours.

Par ailleurs, nous vous informons que l’UNIM et son partenaire Allianz, au regard de la spécificité de la situation et compte tenu de leur implication en faveur d’une assurance socialement responsable et éthique, n’entendent pas remettre en cause la nature des arrêts de travail d’isolement dont la nature première est préventive. Ainsi, une indemnisation telle que prévue dans le cadre de l’adhésion interviendra après application du délai de franchise retenu contractuellement et pourra se combiner à la mesure exceptionnelle précitée.

Exemples :

1. Arrêt de travail dû au confinement :

La prise en charge au titre du contrat UNIM intervient dès le 1er jour d’arrêt de travail et se termine au plus tard le 20ème jour de la période de maintien à domicile.

Exemple dans le cas d’une franchise 15 jours :

indemnisation du 1er au 15ème jour au titre de la mesure exceptionnelle : à hauteur de la moitié de l’IJ forfaitaire retenue au titre de l’adhésion.
indemnisation du 16ème au 20ème jour : versement de l’IJ forfaitaire retenue au titre de l’adhésion.

Exemple dans le cas d’une franchise 30 jours :

indemnisation du 1er au 20ème jour au titre de la mesure exceptionnelle : à hauteur de la moitié de l’IJ forfaitaire retenue au titre de l’adhésion.

2. Arrêt de travail dû à la maladie (y compris celle résultant des symptômes avérés du coronavirus ou «2019-nCov») :

L’indemnisation au titre du contrat UNIM intervient après le délai de franchise contractuel et se poursuit tant que l’incapacité de travail persiste, dans la limite des conditions contractuelles.

3. Arrêt de travail dû au confinement suivi d’une période d’incapacité de travail liée à la maladie :

La prise en charge au titre du contrat UNIM intervient dès le 1er jour d’arrêt de travail et dans la limite de 20 jours au titre du confinement et, l’indemnisation se poursuit après le délai de franchise contractuel, appliqué à compter de la date de début de l’arrêt de travail dû au confinement et, tant que persiste l’incapacité de travail, dans la limite des conditions contractuelles.

Exemple dans le cas d’une franchise 15 jours :

indemnisation du 1er au 15ème jour au titre de la mesure exceptionnelle : à hauteur de la moitié de l’IJ forfaitaire retenue au titre de l’adhésion.
application du délai de franchise de 15 jours à compter de la date d’arrêt de travail dû au confinement et indemnisation à compter du 16ème jour : versement de l’IJ forfaitaire retenue au titre de l’adhésion tant que se poursuit l’incapacité de travail, dans la limite des conditions contractuelles.

Exemple dans le cas d’une franchise 30 jours :

indemnisation du 1er au 20ème jour au titre de la mesure exceptionnelle : à hauteur de la moitié de l’IJ forfaitaire retenue au titre de l’adhésion.
application du délai de franchise de 30 jours à compter de la date d’arrêt de travail dû au confinement : absence de prise en charge du 21ème au 30ème jour.
indemnisation à compter du 31ème jour : versement de l’IJ forfaitaire retenue au titre de l’adhésion, tant que se poursuit l’incapacité de travail, dans la limite des conditions contractuelles.

Le bénéfice de cette disposition exceptionnelle intervient dans les conditions suivantes :

Il doit s’agir d’un arrêt de travail prescrit, en application du décret du 31/01/20201 prévoyant des conditions dérogatoires dans la prise en charge par les régimes obligatoires de l’arrêt de travail des personnes faisant l’objet d’une mesure d’isolement, d’éviction ou de maintien à domicile et se trouvant dans l’impossibilité de travailler.
L’arrêt de travail doit avoir été délivré par les Agences Régionales de Santé.
la durée maximale de versement des IJ par les régimes obligatoires est de 20 jours. C’est cette même durée maximale qui s’applique à la mesure exceptionnelle de prise en

Banque BNP & LCL

La BNP et la LCL pour les pros propose la possibilité d'effectuer un report jusqu'à 6 mois des crédits en cours sur demande.

Garde d'enfants, sur Paris :

 

Sur Paris, pour les gardes d'enfants ce lundi, les kinés sont aussi concernés !!!
 
Le Syndicat de Paris a eu communication d’un projet de circulaire du Ministère de la santé permettant d’encadrer la garde des enfants des professionnels de santé.
Seront accueillis dès lundi 16 mars dans les établissements scolaires, les enfants des professionnels de santé libéraux et salariés. “Les parents concernés devront dans la mesure du possible informer dès le vendredi 13 mars et durant le week-end les directeurs d’école et les principaux de collège de manière à ce que cet accueil soit le mieux préparé possible” dit la circulaire que vous pouvez consulter.
Les kinésithérapeutes, salariés comme libéraux, sont inclus par ces dispositions, même si le projet de les citent pas explicitement.
Inscription pour la garde des enfants de moins de 3 ans : démarches à effectuer en ligne
Pour la garde des enfants supérieurs à 3 ans, il convient de se présenter dès lundi 16 mars dans l’établissement maternel, primaire ou le collège habituel avec la Carte de professionnel de santé des parents. En fonction des effectifs, une organisation sera mise en place pour les jours suivants.
 

Pour la Prevoyance (La Médicale):

Réunion d'urgence organisée lundi, vis à vis de la prise en charge, les kinés seront fixés rapidement.

Pour la Prevoyance (AGIPI AXA):

"A ce jour, l’assurance maladie a prévu des indemnités journalières de 72 € par jour pour les professions libérales de la CARPIMKO, 112 € par jour pour ceux de la CARMF et la CARCSDSF (médecin-Chirurgien-dentiste-sage-femme)

Ces prestations sont acquises :

-en cas d’arrêt de travail lié au coronavirus franchise 3 jours.

- En cas de période d’isolement suite par exemple a un contact rapproché avec une personne diagnostiquée, pas de franchise.

- Cas particulier de devoir garder son enfant car les établissements scolaires sont fermés… prise en charge sans franchise.

Pour votre prévoyance :

- par nature elle indemnise un arrêt de travail et interviendra donc en cas de contamination.

Et en cas d’isolement ?

- Aussi, les indemnités sont versées normalement en plus de la SECU, mode forfaitaire.

La prise en charge est-elle limitée à 20 jours ?

- Non, la prise en charge AGIPI dure tant que dure l’arrêt de travail.

Si je dois rester à la maison car l’établissement scolaire est fermé ?

Attention, le contrat n’a pas prévu d’indemnisation en l’absence d’un arrêt de travail.

Sur ce point, attention sur les forums, à mon niveau je n’ai trouvé aucun assureur qui indemnise.

-Je subi une perte de revenu sans arrêt de travail, à qui m’adresser ?

Il faut se rapprocher de votre multirisque professionnelle qui couvre la perte d’exploitation.

Pour qu’elle fonctionne, elle doit assurer les pertes « sans dommages matériel » et c’est une option qui ne concerne selon l’association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise seulement 30% des contrats.

-Les règles d’indemnisation peuvent-elles être modifiées en cas de passage au stade 3 ?

A l’heure actuelle nous ne connaissons pas les mesures qui seront prises par le gouvernement en cas de passage au stade 3, je ne sais pas."

FFMKR

 La stratégie pour tenter de contenir l’avancée de l’épidémie passe par la limitation des contacts ;

 L’accès aux EHPAD aux kinésithérapeutes, n’est autorisé que pour une intervention qualifiée d’urgence absolue. Le maintien de l ‘autonomie n’est pas qualifié d’urgence absolue. Nous vous proposons un document ► pour redéfinir les différents degrés d’urgence en fonction bien sûr des consignes du ministère ;

 Ne pas prendre en charge les patients à risque (à savoir personnes de plus de 70 ans, patients poly-pathologiques, femmes enceintes et sujets immunodéprimés), sauf soins vitaux ;

• Afin de pouvoir limiter les risques de propagation, une nouvelle distribution de masques se fera à partir de lundi. Les régions les plus impactées seront prioritaires. Le ministère au travers d’un communiqué de presse ► précise leur utilisation.

■ Lundi matin au cabinet :

• Annuler les rdv des patients entrant dans les critères énumérés ci-dessus ;

• Renvoyer chez eux les patients présentant des signes d’infection (fièvre, fatigue, toux sèche, douleurs musculaires…) ;

• Imposer le lavage des mains à chaque personne qui rentre (savon ou SHA) ;

• Limiter au maximum la promiscuité entre les patients (salle d’attente, salle de gym…) ;

• Port de masques chirurgicaux en fonction de l’approvisionnement ;

• Renforcer les mesures de désinfection des surfaces et des poignées de portes.

■ Pour limiter les conséquences financières des mesures ont été prises :

• Si vous êtes vous-même atteint par le COVID-19 ou un membre de votre famille vivant sous votre toit, vous serez confiné à votre domicile.  Contactez alors le 08 11 70 71 33. L’assurance maladie financera des indemnités journalières (72€ par jour) aux professionnels de santé libéraux dès lors qu’ils sont en incapacité d’exercer en raison du Covid-19 (confinement ou/et maladie). Lien pour procédure arrêt travail ►

• L’URSSAF peut vous aider en accordant des délais de paiement, et une anticipation de la régularisation annuelle. Marche à suivre ici ►

• La CARPIMKO peut accorder des délais de paiement. Contactez la CARPIMKO via votre espace personnel ici ►

• Les impôts proposent des mesures exceptionnelles ici ►

Les écoles seront fermées dès lundi. Pour faciliter la garde des enfants contraints de rester au domicile, des mesures exceptionnelles sont prises.
Dans l'attente de mesures nationales, nous vous invitons à vous rapprocher de vos ARS qui ont d'ores et déjà prises des mesures régionales.

Restez informés avec la liste de diffusion de la Direction Générale de la Santé :
► S'inscrire à la liste DGS-urgent
► Liste des messages d'alertes

Ces informations sont à jour au moment ou nous communiquons, mais les consignes nationales et régionales évoluent toutes les heures. Par conséquent n’hésitez pas à suivre nos prochaines communications qui tiendront compte de l’évolution de la situation.

 

Mesures à adopter pour les consultations en kinésithérapie (CNOMK)

Le message essentiel à retenir est qu’il est nécessaire de protéger les patients fragiles, âgés de plus de 70 ans ou polypathologiques mais aussi d’assurer la continuité des soins, en respectant les consignes barrières.

Dans vos cabinets : 

Renvoyer les patients présentant des symptômes d’infection (fièvre, fatigue, toux sèche, douleurs musculaires…) chez eux. Ne pas prendre en charge les patients à risque (à savoir personnes de plus de 70 ans, patients poly-pathologiques, femmes enceintes et sujets immuno-déprimés), sauf soins vitaux (MàJ 13/03/2020 – 21h). Les autres peuvent accéder dans la zone propre de soins après hygiène des mains.

Imposer les mesures d’hygiène à chaque personne qui rentre : lavage soigneux des mains dès l’arrivée au cabinet, au moins 30 secondes, avec du savon, et séchage avec un linge non souillé ou jetable. La gestion des surfaces fréquemment touchées est alors simplifiée.

Prohiber la promiscuité inter patients en assurant une distance entre chaque patient d’au moins 1 mètre principalement dans les salles d’attente et les espaces communs (salles de gymnastique).

Respecter rigoureusement les mesures d’hygiène applicables aux professionnels de santé :

  • absence de bagues, montres, bracelets, lavage des mains au moins 30 secondes avec du savon, et séchage avec un linge non souillé ou jetable. Ce lavage est plus efficace que le gel hydro alcoolique.
  • port d’un masque chirurgical bien ajusté ou FFP2 (en cours de distribution sur le territoire) devant un patient à risque.

Il est préférable de ne pas porter de barbe, qui diminue l’efficacité du masque.

Refuser les patients présentant des signes d’infection (toux sèche, fièvre, douleurs articulaires…) qui doivent rester confinés à leur domicile.

Limiter le nombre d’accompagnants à un par patient si le patient ne peut venir seul.

Appliquer entre chaque patient les mesures de nettoyage des surfaces en contact avec celui-ci : (table, sièges, poignées de porte, robinetterie…)

Pour nettoyer les surfaces, le plus simple sans trop de risque de rupture de stock est d’avoir de l’eau de Javel. Prendre plutôt le bidon à 2.6%.

Préparer une solution à 0.5% (1 volume de javel plus 4 volumes d’eau) et appliquer avec un support à usage unique disponible. Les tablettes ont un dosage plus aléatoire en général et on préfèrera la forme liquide.

L’alcool modifié à 70º est aussi efficace. Si la surface n’est pas souillée la détersion se fait par effet mécanique.

Au domicile des patients : 

Appliquer les mesures d’hygiène, principalement lavage des mains (eau et savon ou gel hydro alcoolique) entre chaque patient et port d’un masque chirurgical devant un patient à risque et FFP2 devant un patient infecté.

Devant l’impossibilité d’appliquer ces mesures un kinésithérapeute doit refuser la prise en charge de patients. 

 

Epidémie de Coronavirus : l’Urssaf vous accompagne

Afin de tenir compte de l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’activité économique et conformément aux annonces du Président de la République le 12 mars 2020, le réseau des Urssaf se mobilise pour accompagner les travailleurs indépendants qui rencontrent des difficultés pour déclarer ou payer leurs cotisations.

L’échéance mensuelle du 20 mars ne sera pas prélevée, le montant de cette échéance sera lissé sur les échéances à venir (avril à décembre).

En complément de cette mesure, vous pouvez solliciter :

  • l’octroi de délais de paiement, y compris par anticipation. Il n’y aura ni majoration de retard ni pénalité ;
  • un ajustement de votre échéancier de cotisations pour tenir compte d’ores et déjà d’une baisse de revenu, en réestimant le revenu sans attendre la déclaration annuelle ;
  • l’intervention de l’action sociale pour la prise en charge partielle ou totale des cotisations ou pour l’attribution d’une aide financière exceptionnelle.
     

Quelles sont vos démarches ?
 

Vous êtes profession libérale ?

Connectez-vous à votre espace en ligne sur urssaf.fr et adressez un message via la rubrique « Une formalité déclarative » > « Déclarer une situation exceptionnelle ». Il est également possible de joindre votre Urssaf par téléphone au 3957 (0,12€ / min + prix appel) ou au 0 806 804 209 (service gratuit + prix appel) pour les praticiens et auxiliaires médicaux.

 

Recommandations du CNOMK :

En raison de l’évolution rapide de la situation épidémiologique, et du risque encouru pour les personnes définies comme étant à risque, à savoir personnes de plus de 70 ans, patients poly-pathologiques, femmes enceintes et sujets immuno-déprimés, les recommandations de prise en charge en kinésithérapie évoluent.

Désormais et au moins pour les deux semaines à venir :

  • Pas d’intervention dans les EHPADs sauf pour les soins vitaux
  • Exception possible à la demande du médecin coordonnateur et du directeur de l’établissement
  • Pas de prise en charge dans les cabinets de ville des patients dits à risque sauf soins vitaux. Les autres soins doivent être reportés.

Des masques de protection supplémentaires seront bientôt disponibles d’abord dans les régions où se concentre le plus grand nombre de cas.

Dans vos cabinets : 

Renvoyer les patients présentant des symptômes d’infection (fièvre, fatigue, toux sèche, douleurs musculaires …) chez eux. Les autres peuvent accéder dans la zone propre de soins après hygiène des mains.

Imposer les mesures d’hygiènes à chaque personne qui rentre : lavage soigneux des mains dès l’arrivée au cabinet, au moins 30 secondes, avec du savon, et séchage avec un linge non souillé ou jetable. La gestion des surfaces fréquemment touchées est alors simplifiée.

Prohiber la promiscuité inter patients en assurant une distance entre chaque patient d’au moins 1 mètre principalement dans les salles d’attente et les espaces communs (salles de gymnastique)

Respecter rigoureusement les mesures d’hygiène applicables aux professionnels de santé :

  • absence de bagues, montres, bracelets, lavage des mains au moins 30 secondes avec du savon, et séchage avec un linge non souillé ou jetable. Ce lavage est plus efficace que le gel hydro alcoolique.
  • port d’un masque chirurgical bien ajusté ou FFP2 (en cours de distribution sur le territoire) devant un patient à risque.

Il est préférable de ne pas porter de barbe, qui diminue l’efficacité du masque.

Refuser les patients présentant des signes d’infection (toux sèche, fièvre, douleurs articulaires…) qui doivent rester confinés à leur domicile.

Limiter le nombre d’accompagnants à un par patient si le patient ne peut venir seul.

Appliquer entre chaque patient les mesures de nettoyage des surfaces en contact avec celui-ci : (table, sièges, poignées de porte, robinetterie …)

Pour nettoyer les surfaces, le plus simple sans trop de risque de rupture de stock est d’avoir de l’eau de Javel. Prendre plutôt le bidon à 2.6%.

Préparer une solution à 0.5% (1 volume de javel plus 4 volumes d’eau) et appliquer avec un support à usage unique disponible. Les tablettes ont un dosage plus aléatoire en général et on préfèrera la forme liquide.

L’alcool modifié à 70º est aussi efficace. Si la surface n’est pas souillée la détersion se fait par effet mécanique

Source : http://www.ordremk.fr/actualites/kines/covid-19-mesures-a-adopter-pour-les-consultations-en-kinesitherapie/

Au domicile des patients : 

Appliquer les mesures d’hygiène, principalement lavage des mains (eau et savon ou gel hydro alcoolique) entre chaque patient et port d’un masque chirurgical devant un patient à risque et FFP2 devant un patient infecté.

 

Devant l’impossibilité d’appliquer ces mesures un kinésithérapeute doit refuser la prise en charge de patients. 

Pour les problèmes d'intervention en EHPAD :

Concernant les Kinés travaillant en EHPAD et se voyant refuser l'accès : les professionnels libéraux de santé ne sont pas de simples visiteurs. Un guide a été mis en ligne dernièrement sur les différentes recommandations : http://www.kine-web.com/download/guide_methodologique_covid-19-2.pdf

Et voici le message du CNOMK à ce sujet : 

"Nous avons été alertés par de nombreux kinésithérapeutes du refus de directeurs d’EHPAD de leur permettre d’intervenir auprès de leurs patients habituels, résidents des établissements en question.
L’intervention de masseurs-kinésithérapeutes dans les EHPAD ne peut être assimilée à une visite extérieure dès lors qu’il s’agit de la dispensation d’actes de soins. En effet, les masseurs-kinésithérapeutes sont, de par leur statut de professionnel de santé, tenus d’assurer la continuité des soins auprès de leurs patients, qui plus est des plus fragiles du fait de leur âge ou de leur dépendance.

Nous sommes intervenus dans ce sens auprès de la Direction Générale de la Santé et auprès des fédérations des directions des établissements concernés.

Si vous avez été empêché d’intervenir dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes avec lequel vous avez signé un contrat, nous vous proposons un modèle de courrier à adapter à votre situation, à télécharger ici "

Pour les prises en charges en cas d'arrêt d'activité :

http://www.kine-web.com/kine-coronavirus-la-carpimko-se-mobilise

URSSAF :  il est possible de demander l’octroi de délais de paiement et/ou une anticipation de la régularisation annuelle afin d’obtenir un recalcul des cotisations. Vous pouvez effectuer ces demandes sur votre compte URSSAF ou par téléphone au 3957 (0,12€ / min + prix appel).

IMPÔTS : il est possible de gérer vos prélèvements à la source en actualisant le revenu prévisionnel retenu pour l’année 2020 

MACSF : La prise en charge vis à vis de la prévoyance : https://www.macsf.fr/Actualites/Coronavirus-la-MACSF-soutient-les-professionnels-de-sante

  • Lorsque le praticien libéral est en arrêt de travail, l’Assurance maladie prend en charge les indemnités journalières après un délai de carence de trois jours. La MACSF a décidé, à titre exceptionnel, de couvrir les indemnités journalières pendant ces trois jours de carence, à réception de l’arrêt de travail. Puis, la MACSF intervient dans le prolongement de la prise en charge de l’Assurance maladie, selon les conditions prévues par le contrat de prévoyance souscrit ;
  • Pour les professionnels de santé libéraux devant respecter une période d’isolement car ils ont été en contact rapproché avec une personne diagnostiquée positive au coronavirus, l’Assurance maladie prend en charge les indemnités journalières sans délai de carence. La MACSF intervient dans le prolongement de l’Assurance maladie, selon les conditions prévues par le contrat souscrit ;
  • Pour les professionnels de santé libéraux devant rester  à domicile pour garder leur enfant concerné par une période d’isolement (cas des enfants scolarisés dans un établissement fermé ou des enfants domiciliés dans une zone identifiée comme zone de propagation du virus mais scolarisés en dehors), l’Assurance maladie prend en charge les indemnités journalières sans délai de carence.

Pour avoir les masques de protection :

En effet, il est désormais possible aux professionels de santé de se procurer des masques de protections :

" Chaque pharmacien d’officine du territoire national va recevoir durant cette première semaine de Mars 2020 via son grossiste répartiteur un minimum de 10 boîtes de 50 masques anti-projection, soit 500 masques issus du stock national.

Le titulaire de l’officine les distinguera de son stock habituel et apposera sur la boîte une étiquette stipulant « stock Etat ».

Chaque professionnel de santé recevant ce message, c’est à dire médecin généraliste, médecin spécialiste, infirmier diplômé d’Etat, sage-femme, masseur kinésithérapeute et chirurgien-dentiste est invité à se présenter à son officine de proximité afin de retirer une boite de 50 masques chirurgicaux du stock Etat.

Il devra pour cela présenter sa carte professionnelle sur laquelle figure son numéro RPPS.

La déontologie et le civisme de chaque professionnel de santé doivent permettre à chaque professionnel de bénéficier de sa dotation.

Dans une situation dans laquelle un personnel de santé est en contact avec une personne présentant des signes d’infection respiratoire et en l’absence d’autres équipements de protection individuelle, il pourra adopter le principe du double masque (soignant/soigné). En effet, en l’absence d’acte invasif, ce principe permet de limiter l’exposition des soignants aux gouttelettes potentiellement infectieuses du patient. L’utilisation de ces masques est décrite dans le document nommé « Consignes d’utilisation des masques issus du stock Etat par les Professionnels de Santé » : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/empoi_des_masques.pdf


Selon les besoins, de nouveaux approvisionnements issus du stock Etat seront assurés afin de permettre aux professionnels de santé de disposer de ces équipements en quantités suffisantes. "

Rappel : Pour avoir la carte ordinale : http://www.kine-web.com/le-saviez-vous-kine-la-carte-ordinale-a-imprimer

Toutes les informations actualisés : https://dgs-urgent.sante.gouv.fr/dgsurgent/inter/accueilBuilder.do?cmd=affiche

Carte interactive : https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

Il est même possible de télécharger une affiche pour mettre dans les locaux professionnels. Lien : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/coronavirus_400x600_ech_1_option1_003_.pdf

Joomla SEF URLs by Artio